The Economy of Francesco

les jeunes, un pacte, l’avenir

logo ef

les jeunes, un pacte, l’avenir

Événements Internationales

22-24 Septembre 2022, - Assise

22-24 Septembre 2022, Assise

"The Economy of Francesco"

les jeunes, un pacte, l’avenir

Dernière minute:

aujourd’hui publication d’une lettre du pape François où il convoque à Assise les jeunes économistes et entrepreneurs pour leur proposer un pacte pour une nouvelle économie. L’Economie de Communion fait partie du Comité d’organisation de l’événement, avec le Diocèse d’Assise, la municipalité d’Assise et l’institut Séraphique.

0

L’économie de François d’Assise : les jeunes sont capables de regarder au loin

Pour guérir la crise de l’emploi, nous avons besoin d’une nouvelle économie. Pour ce faire, nous devons donner une voix et un espace aux jeunes qui, plus que quiconque, comprennent la nouveauté et savent comment la mettre en œuvre. Ce sera justement l’un des objectifs de l’événement « Economie de François » qui aura lieu à Assise en 2020.

Par Claudia Di Lorenzi

publié dans Focolare.org le 14/09/2019

En mai 2019, le nombre de chômeurs en Europe a diminué. Selon Eurostat, ils sont descendus à 7,5% dans les 19 pays de la zone euro et à 6,3% dans les 28 pays de l’UE. Un chiffre en clair-obscur, cependant, qui s’accompagne d’un taux élevé de chômage des jeunes : malgré l’amélioration des données, des politiques plus efficaces sont nécessaires de toute urgence. Nous en avons parlé avec Luigino Bruni, économiste à l’Université Lumsa de Rome (Italie) et directeur scientifique du Comité qui organise l’événement « L’économie de François », voulu par le Pape et dédié aux jeunes économistes et entrepreneurs du monde entier, qui aura lieu du 26 au 28 mars 2020 à Assise.

Selon vous, à quoi peut-on s’attendre de cet événement ?

Je crois qu’il y aura une grande promotion de la pensée et de la pratique des jeunes. Ces jeunes diront leur idée du monde parce qu’ils le changent déjà sur le plan de l’écologie, de l’économie, du développement, de la pauvreté. Ce ne sera pas un congrès, mais un processus qui commence lentement et qui permet de réfléchir et de s’interroger, par exemple, sur les empreintes et les lieux de saint François, ce que signifie aujourd’hui construire une nouvelle économie ou qui sont les marginalisés d’aujourd’hui. Ce sera surtout le moment où les jeunes feront un pacte solennel avec le Pape François, assurant leur engagement à changer l’économie. Ce sera le cœur de l’événement.

Ce sont précisément les jeunes qui ont des idées claires à cet égard…

Les jeunes font des choses intéressantes. Ils sont les premiers à réagir aux changements car ce sont eux qui comprennent le mieux la nouveauté. Il y a une quantité d’expériences précieuses dans le monde en termes d’entreprises, de start-ups ; les jeunes ont une conception de l’économie mais les adultes – qui ont le pouvoir et les chaires dans les universités – n’arrivent pas à les écouter et à leur donner de l’espace parce qu’ils raisonnent avec 20 ans de retard, alors que les jeunes ont des choses à dire. A Assise, ce sont eux qui parleront et des adultes seront disponibles pour écouter et aider.

Qu’est-ce qui ne va pas avec les recettes économiques mises en place jusqu’à présent contre la crise du travail ?

Les données d’Eurostat, l’Office statistique de l’Union européenne, doivent être lues attentivement. Le fait que le chômage ait diminué en Europe ne signifie pas que l’emploi a augmenté. En Italie, par exemple, il y a beaucoup de gens qui ne cherchent plus de travail. De plus, nous travaillons moins parce que de nombreux contrats prévoient moins d’heures pour donner du travail à plus de personnes. Aujourd’hui, les machines font des travaux qui, jusqu’à il y a 10 ans, étaient effectués par des hommes : les robots sont nos alliés, mais nous devons inventer de nouveaux métiers, car les métiers traditionnels n’arrivent plus à absorber assez de travail. Ces nouveaux outils exercent donc une sélection naturelle parmi les travailleurs, favorisant les plus compétents, car de moins en moins de personnes sont capables de résister à la concurrence des machines. Cela signifie que moins de personnes travaillent et qu’elles sont les mieux préparées, ce qui crée des inégalités. Un « pacte social » est donc nécessaire pour garantir l’accès de tous à un travail rémunéré, en imaginant de nouvelles formes de travail.

Avons-nous besoin d’une nouvelle approche ?

En quelques années, nous avons connu un changement historique, à une vitesse extraordinaire, mais les catégories de pensée, les systèmes de travail, changent beaucoup plus lentement et ce contraste produit la crise. Nous devons donc travailler davantage au niveau culturel, scientifique et de la recherche, car – comme l’a dit le Pape François – le monde souffre aujourd’hui de l’absence d’une pensée adaptée à notre époque.

Image

aller à L'ARCHIVE

Langue: FRANÇAIS

Filtrer par Catégories

Nous suivre:

Qui est en ligne

Nous avons 376 invités et aucun membre en ligne

© 2008 - 2024 Economia di Comunione (EdC) - Movimento dei Focolari
creative commons Questo/a opera è pubblicato sotto una Licenza Creative Commons . Progetto grafico: Marco Riccardi - info@marcoriccardi.it

Please publish modules in offcanvas position.

Ce site utilise des cookies techniques, y compris ceux de parties tierces, pour permettre une exploration sûre et efficace du site. En fermant ce bandeau, ou en continuant la navigation, vous acceptez nos modalités d’utilisation des cookies. La page d’informations complètes indique les modalités permettant de refuser l’installation d’un cookie.