Événements

0

Australie. Avec les bénéfices de Waterjars, aide à la santé et à l'éducation

EoF: les récits - L'expérience australienne de Natalia Teguhputri qui a fondé un mouvement afin qu'une partie des bénéfices de l'entreprise dans laquelle elle travaille soit destinée à des projets pour des communautés défavorisées

de Maria Gaglione

publié sur Avvenire le 22/02/2020

Natalia Teguhputri fait partie des participants de The Economy of Francesco qui feront un très long voyage pour être à Assise en novembre prochain. Elle viendra d'Australie, avec son regard et son expérience de jeune femme catholique. Personne à la forte spiritualité, Natalia vit la dimension missionnaire de la foi dans tous les domaines de sa vie. Elle se sent appelée à être à l’écoute en cette période de grands changements, afin de promouvoir la construction d'un monde plus juste.

Natalia a des origines indonésiennes et de nombreuses passions: des arts martiaux au chant et au ukulélé, des livres aux longues balades à vélo. Diplômée en économie et commerce, elle possède une expérience professionnelle en comptabilité et finance. «Je travaille actuellement comme analyste financière dans une société de promotion immobilière. Je suis convaincue qu'il est possible de combiner économie, foi et mission et c'est pour cette raison que j'ai recommencé à étudier: je termine un diplôme de troisième cycle en études théologiques à l'Université catholique australienne avec une spécialisation en philanthropie et services à but non lucratif ». En 2015 , Natalia a fondé le mouvement Waterjars. « Tout simplement. J'étais à mon bureau et un jour j'ai proposé et obtenu l'approbation du conseil d'administration de la société pour laquelle je travaille pour allouer un pourcentage du bénéfice annuel de notre société au soutien de projets de développement pour les communautés en situation défavorisée. »

Le mot "waterjars" n'existe pas, lui disons-nous. L'avez-vous inventé? « Plus ou moins », nous dit Natalia avec son beau sourire. « Jean 2, 1-12. Le mariage à Cana, le miracle de Jésus qui transforme l'eau des jarres en vin. Nous rêvons de répéter le même miracle, aujourd'hui avec notre travail. Comme de petites jarres d'eau, nous sommes un instrument entre les mains de Dieu. L'eau c’est notre travail, nos revenus que la Providence transforme en aide concrète pour les plus nécessiteux ». Une providence que Waterjars a appris à intercepter grâce à la collaboration de nombreuses organisations à but non lucratif et autres entités intéressées à financer des projets notamment dans les domaines de la santé, de l'éducation et des nouvelles générations. «Nous avons jusqu'à présent fourni plus de 300 000 $ d'aide et de subventions.» L'histoire de Waterjars est une histoire de contamination positive. « Après tout, nous ne sommes" que" des narrateurs, explique Natalia. Dans notre engagement, nous avons réalisé que venir en aide aux personnes en situation de précarité nécessite une étape fondamentale: se tenir à leurs côtés et marcher ensemble. On ne peut pas connaître leur regard sur le monde ou leurs besoins depuis un bureau. Il faut descendre dans la rue. C'est ce que Waterjars essaie de faire. »

Natalia et ses amis Jim, Claire, Thandi, Henny partagent la vie des gens qui disent ensuite rejoindre les organisations, fondations, individus qui offrent une aide concrète. « En 2017, je suis retournée en Indonésie pour visiter le village de Mbuwu à PaluProv », raconte Natalia. «Venant de ce pays, je pensais que j'étais préparée. J'ai acheté des billets d'avion en partance de Melbourne et je suis partie. Je me suis sentie tellement impuissante et dépassée à cause de ce que j'ai vu dans le village: manque d'eau et d'assainissement de base. Grâce à Waterjars, nous avons réussi à récupérer des fonds pour construire 2 réservoirs d'eau et 40 toilettes. Dans l'équipe Waterjars, je m'occupe de la comptabilité, je connais tous les numéros des projets, les postes budgétaires. Mais quand je rencontre des gens, à chaque fois, je me rends compte qu'il n'y a pas seulement des besoins qui peuvent être satisfaits en mettant de l'argent et en construisant des puits ou quoi que ce soit. Les personnes en situation de vulnérabilité économique souffrent souvent de ce sentiment d'exclusion et de rejet dans lequel elles sont contraintes. Pourtant, il y a en elles un grand besoin de se sentir partie prenante du monde dans lequel elles vivent, d'être écoutées et reconnues dans leur dignité d’hommes et de femmes ». Invisibles. Les pauvres, écartés de l'histoire et de sa narration, dirait quelqu'un. « Ces rencontres vous changent la vie, nous le leur disons avec le respect et l'amour qu'elles méritent. L'appel du pape François à être les promoteurs d'un changement qui rend l'économie d'aujourd'hui et de demain plus juste, inclusive et durable, sans laisser personne derrière, a été très fort pour moi. C’est pour cela que je serai à Assise ».

Image

aller à L'ARCHIVE

Langue: FRANÇAIS

Filtrer par Catégories

Nous suivre:

Qui est en ligne

Nous avons 216 invités et aucun membre en ligne

© 2008 - 2019 Economia di Comunione (EdC) - Movimento dei Focolari
creative commons Questo/a opera è pubblicato sotto una Licenza Creative Commons . Progetto grafico: Marco Riccardi - info@marcoriccardi.it

Please publish modules in offcanvas position.

Ce site utilise des cookies techniques, y compris ceux de parties tierces, pour permettre une exploration sûre et efficace du site. En fermant ce bandeau, ou en continuant la navigation, vous acceptez nos modalités d’utilisation des cookies. La page d’informations complètes indique les modalités permettant de refuser l’installation d’un cookie.