0

À-venir est le nom du fils

Logique charismatique/5 - Toute communauté dépend de la façon dont elle évolue dans l'exercice de la fidélité.

par Luigino Bruni

Publié dans Avvenire le 19/09/2021

Voilà ce qui est fidèle : le mur qui se fissure,
Mais en cela il n’est pas seul,
Car avec lui s’effrite aussi la statue
Qu’il supporte en son sommet...

Vladimir Holan, Fidé

Il est malheureusement courant que les pratiques et les traditions qui ont permis le succès d'une œuvre charismatique au début de sa fondation perdent leur vertu première et se transforment en leur contraire.

Dans toute expérience humaine, la fidélité est essentielle et, dans les communautés charismatiques, elle englobe presque tout. Elle s'articule à plusieurs niveaux : fidélité du fondateur ou de la fondatrice au charisme reçu, fidélité des membres de la communauté au charisme et au fondateur. Mais la possibilité pour une communauté de continuer à bien grandir après sa fondation dépend de sa capacité à faire évoluer sa façon d’exercer la fidélité.

Au début, quand un charisme donne vie à une communauté, la fidélité revêt des caractéristiques spécifiques et nécessaires. Les membres de la communauté la vivent comme une adhésion inconditionnelle au charisme et au fondateur. Ils estiment qu'ils n'ont pas à apporter de changements au charisme tel qu'il est présenté et proposé : chacun d'eux ne doit exécuter que la même partition. Parce que dans cette première phase, la perfection toute cristalline du charisme apparaît extraordinaire, unique et d’une nouveauté indiscutable. Face à une telle réalité, personne ne ressent le besoin de développer des variations et des notes différentes. Rien n’est alors plus utile, plus sage et plus intelligent que de mettre tous ses talents au service de cette œuvre de Dieu, qui est sur le point de changer le monde. Et si, en arrivant dans la communauté, je jouais de la harpe, mais que celle-ci ne figure pas sur la partition, je dois immédiatement apprendre à jouer de la guitare ou de la flûte. L'excellence de cette première phase du charisme réside dans la recherche de l'interprétation parfaite, symphonique et chorale, d’un unique motif ressenti par tous. Il n'y a pas besoin de compositeurs, seulement d'excellents musiciens. La partition charismatique originale n'a besoin ni de créativité ni d'innovation. Le seul interprète et chef d'orchestre est son fondateur ou sa fondatrice. Cela ne signifie pas que les gens n'ont pas de talents. Ils en ont souvent plusieurs, mais ils les orientent vers une seule mission commune, et ils ne sont utilisés que s’ils y contribuent. Pour reprendre un modèle de l'économiste Joseph A. Schumpeter, au début, le seul innovateur est le fondateur, tous les autres membres sont des imitateurs, qui utilisent leur énergie pour reproduire la même "entreprise".

Cette interprétation de la fidélité absolue est associée à un mot qui lui est proche : la radicalité. On est d'autant plus fidèle que l’on est plus radical : les dimensions personnelles et subjectives restent en arrière-plan, jusqu'à disparaître. La radicalité devient la mesure de la fidélité. Sans cette gestion de la fidélité et de la radicalité, il est impossible pour un mouvement charismatique de naître et surtout de se développer. L'énergie spirituelle du fondateur est amplifiée et multipliée par l’adhésion fidèle de ses compagnons, jusqu'à atteindre des niveaux d'efficacité et de rendement inconnus, même des entreprises les plus performantes. L'énergie dégagée par un charisme dans sa phase de fondation est immense et dépend en grande partie de toutes les forces morales et spirituelles librement déployées par les disciples du fondateur, dans un jeu de miroirs qui se reflètent à l'infini. C'est une supernova de l'esprit, une explosion stellaire qui dégage une lumière et une énergie presque illimitées : en un temps record, elle en libère plus que le soleil ne le fait durant toute son existence. Ceux qui ont la chance de vivre personnellement la naissance d'un charisme expérimentent en quelques mois une lumière et une énergie supérieures à celles de toute une vie "ordinaire" et qui laisse pour toujours son empreinte dans la chair. Par ailleurs, ceux qui vivent cette fidélité radicale ne se sentent ni dépossédés ni manipulés, car c'est la seule chose qu'ils désirent profondément et librement, en la reconnaissant comme très intime et non extérieure. Parce qu'en étant fidèle au charisme, ils le sont à la partie la plus profonde et la plus vraie d’eux-mêmes. Lire l'origine des mouvements spirituels avec des catégories sociologiques et psychologiques ordinaires produit presque toujours des erreurs d'interprétation colossales - et elles sont nombreuses.

Mais - et c'est là que le bât blesse - cette façon de vivre une vie de disciple, fidèle et radicale, se termine à un certain moment, et il est bon qu'il en soit ainsi, même si elle s’achève presque toujours trop tard : si elle s’étend aux générations suivantes, les raisons des succès d'hier deviennent immédiatement celles des inévitables effondrements présents et à venir. La façon dont les apôtres eux-mêmes suivent Jésus change après la résurrection. La fidélité et la radicalité doivent demeurer et éventuellement croître, mais la manière de suivre à la fois le charisme et le fondateur doit changer substantiellement. C'est une tâche ardue, car la seule forme de fidélité que la communauté connaît est celle des débuts, grâce à laquelle elle s'est formée, a grandi, et a permis d’authentiques miracles. C'est sur cette fidélité que les gens ont construit leur identité. La communauté a donc du mal à imaginer une autre forme de fidélité. Et donc, le fondateur une fois disparu, on tente un raccourci : la fidélité radicale et inconditionnelle des débuts s’applique en tout point aux paroles, aux actes et aux œuvres du fondateur qui n'est plus là. Et voilà qu’apparaît le mythe du fondateur : on peut encore rester fidèle au charisme aujourd'hui si l'on est fidèle à chaque mot que le fondateur a prononcé de son vivant. Il arrive aussi que cette fidélité des origines se reporte également au successeur, qui est traité comme une sorte de "réincarnation" du fondateur. Ces deux erreurs sont très graves, même si elles sont presque toujours commises en parfaite bonne foi. Pourquoi ?

La relation entre un charisme et son fondateur est complexe. Ils grandissent ensemble, ils changent et évoluent ensemble. Les termes qu'un fondateur emploie au début de son expérience ne sont presque jamais ceux qu'il utilise à la fin. Le charisme est une graine qui pousse dans le sol qui la reçoit, en symbiose avec l'environnement et l'histoire. Le fondateur traverse des épreuves, change d'avis, passe par des phases régressives, des involutions, vit des nuits obscures, commet des erreurs. Tant que le fondateur est en vie, même la fidélité de ses membres à des mots ou à des originalités dues à l’inexpérience a sa raison d’être et sa valeur, car les fondateurs honnêtes parviennent à changer d'avis grâce à la fidélité paradoxale (et coûteuse) de leurs proches. Cependant, lorsqu’un fondateur achève sa course (meurt ou quitte la scène) et que les membres de sa communauté commencent à penser qu’il demeure désormais vivant à travers ses paroles et ses gestes d’un temps, ces « fidèles » cessent en réalité de croire que le charisme est toujours vivant, même s'ils ne s'en rendent pas compte.

Ainsi, lorsqu'une communauté croit rencontrer le charisme du fondateur dans son passé, c'est la fidélité au charisme qui est en crise. Elle perd le contact avec l'histoire. Les paroles du fondateur étaient mêlées aux douleurs et aux espoirs de son peuple, aux questions de son temps. Se référer aujourd’hui à ses paroles pour trouver des solutions aux problèmes, revient à ne pas prendre au sérieux notre histoire, à mépriser la valeur des douleurs et des espoirs des hommes et des femmes du temps présent, à sous-estimer leurs questions, à ne pas prendre au sérieux la valeur théologique de l'Incarnation : c'est l'ancienne tentation gnostique. Les réponses d'aujourd'hui doivent au contraire découler du charisme vécu aujourd'hui, il n'y a pas d'autre voie. Tous les mots et gestes du fondateur ne peuvent être que des inspirations, des préludes, jamais la fin d'un discours. La maturité et la responsabilité d'une communauté charismatique se situent presque entièrement à ce niveau. Il est évident que des erreurs peuvent être commises dans ces exercices, car la fidélité côtoie l'infidélité, des limites sont franchies, mais c'est seulement dans cette imperfection que la vie peut renaître.

Certes, le patrimoine des écrits et des gestes du fondateur a et aura toujours un rôle central dans une communauté charismatique, c'est un des lieux où vit le fondateur ; mais s'il ne vit qu'en ce lieu, en réalité son charisme meurt. Car le premier endroit où l'on peut continuer à rencontrer le fondateur après sa mort, c'est dans sa communauté (qui dépasse souvent ses frontières formelles), chez les personnes qui poursuivent son histoire avec le même charisme. On comprend alors que celui qui succède au fondateur doit opérer une forte rupture avec le passé : que serait-il arrivé à l'Église si Pierre s'était rapporté aux douze comme Jésus l'avait fait ! Ce sont surtout les membres les plus proches qui rendent difficile cette discontinuité, la plus forte résistance au changement se trouve au sein de la communauté.

La fidélité, qui hier était une adhésion inconditionnelle, doit aujourd'hui devenir une fidélité discordante, divergente, en marge, audacieuse. Pour développer de nouveaux thèmes sur la partition du charisme, il faut des entrepreneurs, des innovateurs, et non plus des imitateurs. La créativité utilisée hier, toute au service de l'exécution de la même œuvre, doit maintenant être orientée vers de nouvelles mélodies, issues de la première et pourtant différentes. Plus de compositeurs, moins de musiciens. Mais tout cela n’est possible que si la communauté et ses dirigeants croient vraiment que le charisme est vivant : aussi, la merveilleuse partition de la première génération n'était-elle que la première, pas la seule, pas même la plus belle. Véritable semence du futur, ADN spirituel de ce qui naîtrait par la suite, elle préfigurait toutes les œuvres à venir.

Mais cette étape est extrêmement difficile, parce que les personnes habituées pendant des années, des décennies, à une loyauté comprise comme un alignement total sur des mots, des directives, des pensées reçues de l'extérieur comme déjà parfaites, ne sont plus dans la condition anthropologique et éthique de pouvoir être créatives. Même si elles le souhaitent, elles ne savent tout simplement pas quoi faire. N'ayant pas pratiqué l'usage créatif de la fidélité, ce muscle s'est (presque) atrophié. Nous avons passé toute notre vie dans une fidélité absolue, radicale, infinie, et nous nous sommes effrités au gré du vent, de la glace, des tempêtes. Une vie peut aussi être splendide de cette manière. Car tandis que notre mur se fissurait, nous avons vu des anges, et même Dieu une fois aussi. Mais si nous voulons éviter que la statue située au sommet du mur (le charisme) ne s'écroule avec nous, nous devons maintenant dépenser nos dernières énergies pour que les nouveaux membres de la communauté puissent développer une autre fidélité, non moins radicale mais simplement différente.

Enfin, nous pouvons faire une recommandation aux fondateurs qui sont encore en vie : ne laissez pas vos "compositeurs" s'atrophier, car c'est parmi eux que se trouve la possibilité d’un futur. Même un orchestre composé de seulement quelques éléments peut exécuter des chefs-d'œuvre, tandis que d'autres composent les chefs-d'œuvre de demain. Ce ne seront pas vos écrits ni vos discours qui garantiront l'avenir : ce seront les personnes éduquées dans la liberté et la confiance qui vous sauveront, pourvu qu’il y en ait au moins une. À-venir est le nom du fils.

Un charisme ne coïncide pas avec la personne de son fondateur. Il le dépasse. Il continue à grandir, à vivre, à aimer, à apprendre, à enseigner, même après sa mort. L’exposition des œuvres d'un artiste décédé rassemble les œuvres qu’il a réalisées de son vivant ; L’exposition d'un charisme met en valeur les œuvres de son fondateur mais aussi celles que sa communauté n’a cessé de créer. Quelles sont les plus belles ?

Image

aller à L'ARCHIVE

Langue: FRANÇAIS

Filtrer par Catégories

Nous suivre:

TELECHARGER LES DOCUMENTS

TELECHARGER LES DOCUMENTS

Les bandes dessinées de Formy!

Le Cube de l’entreprise

Le Cube de l’entreprise

La dernière révolution pour les petites Entreprises. Pliez-le ! Lancez-le ! Lisez-le ! Vivez-le ! Partagez-le ! Faites-en l'expérience !

Le Cube de l'entreprise en français!
Télécharger l'APP pour Android!

Qui est en ligne

Nous avons 745 invités et aucun membre en ligne

© 2008 - 2024 Economia di Comunione (EdC) - Movimento dei Focolari
creative commons Questo/a opera è pubblicato sotto una Licenza Creative Commons . Progetto grafico: Marco Riccardi - info@marcoriccardi.it

Please publish modules in offcanvas position.

Ce site utilise des cookies techniques, y compris ceux de parties tierces, pour permettre une exploration sûre et efficace du site. En fermant ce bandeau, ou en continuant la navigation, vous acceptez nos modalités d’utilisation des cookies. La page d’informations complètes indique les modalités permettant de refuser l’installation d’un cookie.