Une entreprise ne suffit pas

Les entrepreneurs ÉdeC élargissent leurs horizons.
La parole de la vice–présidente de l’AIPEC

Par Ornella Seca

extrait de pdf "Économie de Communion - Une nouvelle culture" n.41 (2.46 MB) - Encart rédactionnel inséré dans Città Nuova n. 13/14 – 2015

N41 Pag 12 Ornella Seca Autore rid« Je promets de vivre ma vie en apôtre d’une Économie de Communion et de contribuer ainsi à un monde plus juste et plus fraternel, afin que se réalise le plus grand rêve de Chiara (Lubich) : "Que tous soient un" ».
C’est le texte du pacte signé par les participants à la fin du 5ème Congrès International de l’ÉdeC, à la Mariapolis Piero (Nairobi, Kenya). Une émotion inattendue m’a envahie quand Luigino l’a lu, d’abord en anglais puis en italien : entourée de personnes du monde entier, je sentais que la décision de signer faisait vibrer en moi les fibres plus profondes..

J’ai regardé autour de moi ; on était à la fin des journées les plus importantes et belles de cette aventure dans l’Économie de Communion ; les visages avaient de multiples couleurs mais un même regard, un même sourire. Dans une vitre je me suis vue semblable ; en commun nous avions le même bonheur, né au plus intime de nous-mêmes.

Ce n’était pas une simple signature parmi beaucoup d’autres, mais une pierre qui avec d’autres construisait espérance, joie et certitude qu’ensemble nous pouvons changer notre économie si malade.
Il apparaissait clairement que l’Économie de Communion est un esprit qui fait son chemin dans le monde ; chacun avec son talent laisse sa marque, son impact et la rend contagieuse partout où il est, au Congo, au Kenya, au Burundi, en Italie…

En un éclair j’ai revu les journées écoulées et j’ai senti résonner en moi les paroles de Piero Pasolini (1) entendues en vidéo : "Dans la logique de l’Évangile N41 Pag 12 Joao Laurindo rid– affirmait-il – notre action doit viser la réalisation de la ‘civilisation du centuple’, base de notre révolution sociale". Cette civilisation du centuple s’est réalisée ici, dans ce coin du monde où nous écoutions chacun les projets, les rêves, les recherches de l’autre, dans une dynamique où ne se voyait pas qui donne et qui reçoit, parce que tout était amour.

Une dynamique où chacun a reçu le centuple évangélique. Je l’affirme par expérience : quand cette civilisation est à l’œuvre, les projets les plus hardis se réalisent par amour pour chaque frère.

La certitude émerge ainsi en nous, entrepreneurs engagés pour une Économie de Communion, que, où que nous soyons sur cette terre, "une entreprise ne suffit pas" ; et j’ai encore mieux compris pourquoi brûle en moi aussi ce désir de faire connaître une nouvelle réalité économique dans mon secteur professionnel, différente peut-être de ce que j’imaginais, mais certainement avec l’ADN de notre ÉdeC.

Quelques jeunes se sont empressés d’aller signer l’affiche  du pacte, suivis par d’autres, puis d’autres, en une explosion de couleurs, d’habits africains et d’ailleurs, de têtes blanches et noires… Avec solennité et grande conviction, je me suis apprêtée moi aussi à mettre ma signature.

(1) Piero Pasolini, physicien, chercheur et intellectuel de grande culture, un des premiers compagnons de Chiara Lubich, aimait tout particulièrement le continent et les cultures africaines, et a fait partie des premiers constructeurs de la cité pilote de Fontem au Cameroun.

Nous suivre:

Qui est en ligne

Nous avons 355 invités et aucun membre en ligne

© 2008 - 2019 Economia di Comunione (EdC) - Movimento dei Focolari
creative commons Questo/a opera è pubblicato sotto una Licenza Creative Commons . Progetto grafico: Marco Riccardi - info@marcoriccardi.it

Please publish modules in offcanvas position.

Ce site utilise des cookies techniques, y compris ceux de parties tierces, pour permettre une exploration sûre et efficace du site. En fermant ce bandeau, ou en continuant la navigation, vous acceptez nos modalités d’utilisation des cookies. La page d’informations complètes indique les modalités permettant de refuser l’installation d’un cookie.