Un scénario de finance sociale

Une collaboration s’instaure entre un organisme français de promotion et une banque philippine spécialisée dans le microcrédit.

par Teresa Ganzon

Teresa Ganzon1extrait de "Economia di Comunione - una cultura nuova" n.39 - supplément joint au n.13/14 - 2014 de Città Nuova – juillet 2014

Aux Philippines, les banques commerciales ont commencé à proposer aux paysans de meilleures conditions de crédit, ce qui a mis en difficulté les banques rurales, dont certaines ont déjà été achetées par des banques étrangères.

Face à cette situation de vive concurrence, notre banque Bangko Kabayan devait elle aussi améliorer ses propres méthodes. Un certain nombre de banques étrangères, à la recherche d’investissements en Asie, nous interpellaient, mais elles n’étaient disposées à partager leurs compétences qu’à condition de pouvoir acquérir au moins 35 pour cent du capital. Avec mon mari Francis, et avec le conseil d’administration de la banque, nous hésitions à accepter un tel niveau de partenariat, car il risquait de mettre en danger les engagements de notre banque en tant qu’entreprise de l’Économie de communion.

C’est précisément dans cette période que nous avons appris que l’incubateur social français “EDM Entrepreneurs” était à la recherche d’entreprises sociales aux Philippines, mais sans imposer une participation au capital. Nous avons donc organisé une réunion avec le conseil d’EDM, qui a abouti à un accord de collaboration dans lequel, entre autres, notre banque recevait une aide pour institutionnaliser dans ses procédures les principes et les lignes de l’ÉdeC, et pour évaluer si, en tant que banque rurale, elle était en mesure d’influencer socialement les communautés au service desquelles elle travaillait.

En février 2014, l’EDM a envoyé aux Philippines, auprès de Bangko Kabayan, Emma Stokking, une jeune consultante française. Durant deux mois, celle-ci a analysé l’activité de la banque et a élaboré quatre projets de N39 pag 10 Filippine 03 Emma ridcollaboration possible avec l’EDM pour les années 2014-2015. Le premier visait à mieux mettre en accord la gestion de la banque avec les “Points de repère des entreprises de l’ÉdeC”; Le deuxième entendait définir des indicateurs de performance sociale comme objectif à atteindre, et en définir d’autres permettant d’évaluer si l’impact social désiré était effectivement réalisé. Le troisième formulait un programme de stages, utile à la fois aux stagiaires et à l’entreprise. Le quatrième avait pour but de réorganiser la Fondation IRBFI, le bras social de la banque mis en place afin de soutenir des programmes en faveur de la communauté.

En tant que support technique des opérations bancaires, en particulier dans le secteur du microcrédit que Bangko Kabayan a beaucoup développé, l’EDM a mis la banque en contact avec Micro Finance Sans Frontières qui a proposé des experts bancaires prêts à travailler dans des missions spécifiques, sur la base d’un volontariat. L’évaluation finale a eu pour résultat la création, par Emma Stokking, d’un “Instrument d’autoévaluation pour les entreprises de l’ÉdeC” ; celui-ci est maintenant à la disposition des entreprises qui désirent analyser leur propre comportement par rapport à ce profil.

Nous suivre:

Qui est en ligne

Nous avons 725 invités et aucun membre en ligne

© 2008 - 2019 Economia di Comunione (EdC) - Movimento dei Focolari
creative commons Questo/a opera è pubblicato sotto una Licenza Creative Commons . Progetto grafico: Marco Riccardi - info@marcoriccardi.it

Please publish modules in offcanvas position.

Ce site utilise des cookies techniques, y compris ceux de parties tierces, pour permettre une exploration sûre et efficace du site. En fermant ce bandeau, ou en continuant la navigation, vous acceptez nos modalités d’utilisation des cookies. La page d’informations complètes indique les modalités permettant de refuser l’installation d’un cookie.