Pour une nouvelle économie dans l’Europe de l’Est

Rencontres et écoles d’hiver avec une importante participation des jeunes

De Marta Pancheva

N37 Tesi Marta Pancheva ridextrait de "Economia di Comunione - una cultura nuova" n.37 - supplément joint au n.13 - 2013  de Città Nuova – juillet 2013

« Toi et moi ensemble pour une nouvelle économie » : telle a été, dans l’Europe du Sud Est, la devise de cette première moitié de 2013, riche en rencontres fructueuses, en défis et en espoirs communs. Dans cette région du monde en effet, la "troisième voie" que l’EdeC depuis sa naissance se propose de tracer comme alternative au communisme et au consumérisme, peut être conçue et vécue de façon toute spéciale. C’est l’impression que l’on a à la suite des diverses présentations et approfondissements des principes de l’EdeC pendant ces quelques mois. Des hommes et des femmes d’une mosaïque colorée de pays, langues et costumes, y ont partagé le désir profond de tenir les rênes d’un processus de croissance et de maturation économique et sociale. Dans une zone marquée par son passé communiste puis par un long et dur chemin de transition postcommuniste, une « nouvelle économie » qui ne sacrifie pas la personne aux intérêts collectifs, ni moins encore le bien commun à l’hégémonie des intérêts privés, est en effet une nouveauté encore toute à découvrir.

La participation directe des jeunes est pour cela cruciale – une génération nouvelle, libre des contraintes du passé – des jeunes qui soient avant tout capables de regarder en face la réalité et d’investir leur temps, leurs énergies et leur courage dans la construction d’un avenir différent. C’est dans ce but que s’est déroulée en janvier, dans la cité-pilote Faro à Krizevci en Croatie, la seconde édition de l’École d’hiver EdeC,130203 Faro 06 Rid avec des jeunes de nombreux pays : Croatie, Serbie, Kosovo, Macédoine, Roumanie, Bulgarie, Hongrie, et (via skype) Slovaquie. Parmi les divers sujets traités, la figure de l’entrepreneur EdeC et ses traits caractéristiques ont fait l’objet d’une attention particulière, ainsi que le concept de pauvreté aujourd’hui, et la place de l’EdeC dans l’univers de l’entrepreneuriat social. Les témoignages d’entrepreneurs engagés dans le projet n’ont pas manqué, ni les ateliers, le dialogue et la fête. Un moment spécial a été la présentation du premier livre de Luigino Bruni traduit en croate, intitulé Économie de Communion, nouveaux termes en économie.

Mais l’école d’hiver ne s’est pas terminée là : en mars, avril et mai trois autres rencontres ont été organisées pour ceux qui, au moins en Croatie, voulaient encore approfondir des aspects de l’EdeC. Un ultérieur rendez-vous s’est tenu à Zagreb en juin. Une porte s’est aussi ouverte dans le milieu de l’orthodoxie serbe N37 Pag10 Est Belgrado ridavec la présentation du projet EdeC à la mi-mars au cours d’une rencontre organisée en collaboration avec l’Institut culturel de Belgrade. Outre la réflexion culturelle sur la nouveauté de l’EdeC, le témoignage des entrepreneurs a eu un fort impact : profondément convaincus de ne pas être seuls mais d’avoir un "associé invisible", ils ont le courage d’aller à contre courant et d’avoir confiance dans les personnes et dans l’avenir. Là où d’autres auraient renoncé ils sont allés de l’avant et ont créé un courant de communion à l’intérieur comme à l’extérieur de leurs entreprises, dans leur insertion communautaire locale.

C’est ce même témoignage que les entrepreneurs EdeC de Serbie ont donné en février pendant la visite de plusieurs représentants des commissions internationale et locale de l’EdeC, du Bureau de Coopération au Développement de l’Ambassade italienne à Belgrade et de quelques jeunes chercheurs

Ce voyage au cœur d’un pays souffrant de pauvreté matérielle mais à la grande richesse humaine et communautaire, s’est conclu par le lancement d’un projet : d’une part soutenir et encourager la croissance des activités entrepreneuriales existantes et leur progressive adéquation aux standards européens, et d’autre part permettre à des jeunes de devenir des protagonistes du projet EdeC.

Les jeunes ont été les principaux destinataires aussi du voyage "annonce" de l’EdeC N37 Pag10 Est Ucrainarécemment conclu en Ukraine. Les trois présentations du projet en milieu universitaire à Ternopil, Ivano-Frankivsk et Lviv ont reçu un écho positif de la part des étudiants, chercheurs et enseignants, ainsi que des universités visitées, où grandissent la prise de conscience et le désir de d’assurer un fondement éthique aux propres parcours de formation dans le domaine économique. Tout en mettant en évidence quelques unes des contradictions dramatiques qui caractérisent le système économique et financier en vigueur, on a cherché à clarifier la "voie" sur laquelle s’engagent les entreprises EdeC, avec la communion pour valeur fondamentale. Vingt deux ans après 1991, mémorable année de naissance aussi bien de l’EdeC que de l’État indépendant d’Ukraine, l’exigence est forte dans ce pays postcommuniste de former parmi les jeunes des leaders capables d’agir selon des règles en accord avec les valeurs fondamentales du christianisme, qu’ici le sécularisme actuel n’a pas encore sapé. Dans ce contexte la culture et la pratique de la communion ont beaucoup à offrir dans un commun engagement sur une voie nouvelle. Au terme de ce premier semestre 2013 le trajet à parcourir ensemble, hommes et femmes, jeunes et adultes du Sud Est européen, semble se dessiner à l’horizon de façon toujours plus claire. Vingt trois ans après la chute du mur de Berlin, on assiste aussi à l’écroulement du grand rêve de progrès qui aurait du vite gagner toute l’humanité.

Alors le moment est venu de commencer, sur ces ruines, à construire non plus des murs qui divisent ou des châteaux de sable qui ensorcellent de leurs charmes factices, mais des chemins qui nous relient et nous permettent de marcher ensemble vers une "nouvelle économie", à taille humaine.

Nous suivre:

Qui est en ligne

Nous avons 422 invités et aucun membre en ligne

© 2008 - 2019 Economia di Comunione (EdC) - Movimento dei Focolari
creative commons Questo/a opera è pubblicato sotto una Licenza Creative Commons . Progetto grafico: Marco Riccardi - info@marcoriccardi.it

Please publish modules in offcanvas position.

Ce site utilise des cookies techniques, y compris ceux de parties tierces, pour permettre une exploration sûre et efficace du site. En fermant ce bandeau, ou en continuant la navigation, vous acceptez nos modalités d’utilisation des cookies. La page d’informations complètes indique les modalités permettant de refuser l’installation d’un cookie.