Les reflets positifs de la crise

Lutte contre les gâchis, recyclage énergétique, consommation à kilomètre zéro, mais aussi attention au bonheur, à la confiance et à la qualité des relations dans le monde de la production.

De Alberto Ferrucci

Alberto Ferrucciextrait de "Economia di Comunione - una cultura nuova" n.37 - supplément joint au n.13 - 2013  de Città Nuova – juillet 2013

La liberté de mouvement des capitaux, après la chute du mur de Berlin, a rendu possible la globalisation de l’économie mondiale, tandis que l’effacement en 1995 des liens noués après la crise de 1929 pour la sauvegarde de l’épargne a rendu disponible une telle masse de liquidité monétaire que s’est déchaîné un développement capable de tirer de l’indigence deux milliards de personnes.

On croyait avoir découvert la formule pour le bien-être, sans bornes et sans inflation, mais quand ce développement a demandé plus d’énergie que n’en offraient les possibilités de production, la forte augmentation du prix du pétrole a amorcé l’inflation. Dès lors, l’élévation du prix de l’argent décidée pour la combattre a rendu insolvables beaucoup de débiteurs et a bloqué toute ultérieure consommation basée sur le débit

Pendant ces années-là, si l’on s’en souvient, l’écroulement de la consommation a provoqué des suppressions d’emplois et des problèmes sociaux chez les plus faibles et chez les jeunes, spirale négative de ce qui fut en réalité une véritable crise d’abstinence de la drogue du débit facile. Sont alors réapparus les sombres présages du siècle passé, quand la crise de 1929 avait facilité la montée du nazisme et son aboutissement dans une terrible guerre mondiale.

Aujourd’hui pour conjurer de telles perspectives, beaucoup de chercheurs, agents économiques et hommes de culture sont à la recherche d’une troisième voie, nouvelle et pacifique, capable de nous engager sur le chemin d’un développement durable. Pendant ce temps les politiques, face à l’urgence du présent, s’efforcent de revenir au développement d’avant la crise, demandant à leurs banques centrales de mettre en circulation d’énormes liquidités monétaires.
Mais ils se rendent compte que, ce faisant, on finira par se heurter aux limites de la planète, même si celles de l’énergie se révèlent moins préoccupantes en raison du développement des énergies renouvelables et de la découverte de grands gisements de gaz et de pétrole de schiste. Mais il nous faudra affronter d’autres limites de la planète : les réserves en eau potable, la désertification, la rareté des terres adaptées à la technologie moderne, et, premier entre tous, l’effet de serre qui déjà fait fondre les glaces arctiques et bouleverse les saisons.

Les gaspillages des ressources de la planète induits par la culture actuelle, qui prêche une N37 Pag3 editoriale ridréalisation de l’individu fondée sur le prévaloir de l’homme sur l’homme, sont immenses : à présent, alors que le monde survit en se soignant au méthadone des liquidités monétaires, il faut se dépêcher de diffuser une culture nouvelle. Une culture en gestation dans la société civile à travers de multiples initiatives, même petites, pour plus de vert dans les villes, le recyclage énergétique, la consommation à kilomètre zéro, les achats solidaires, la mise en commun des outillages, l’emploi de la bicyclette et l’épargne éthique, tandis que s’intensifie l’attention du monde académique au thèmes du bonheur, de la confiance, de la valorisation des rapports personnels liés à l’économie.

Tout cela, d’une certaine manière, revalorise le fait de travailler ensemble pour le bien commun, qui est aussi celui de chacun, et remet en lumière la valeur anthropologique et économique du message de l’Évangile : « Donnez et il vous sera donné : une mesure pleine, secouée, débordante qui sera versée dans votre tablier ».

C’est sur ce message que se fonde l’engagement à grandir ensemble de la culture de la communion, dont les précieux effets sur divers fronts sont relatés dans ce numéro, au profit des périphéries du monde chères au pape François, tout en répandant la théorie et en témoignant la pratique d’une économie du même esprit.

Nous suivre:

Qui est en ligne

Nous avons 354 invités et aucun membre en ligne

© 2008 - 2019 Economia di Comunione (EdC) - Movimento dei Focolari
creative commons Questo/a opera è pubblicato sotto una Licenza Creative Commons . Progetto grafico: Marco Riccardi - info@marcoriccardi.it

Please publish modules in offcanvas position.

Ce site utilise des cookies techniques, y compris ceux de parties tierces, pour permettre une exploration sûre et efficace du site. En fermant ce bandeau, ou en continuant la navigation, vous acceptez nos modalités d’utilisation des cookies. La page d’informations complètes indique les modalités permettant de refuser l’installation d’un cookie.