Articles de Luigino Bruni

»Après le vent, le tremblement de terre, mais le Seigneur n’était pas dans le tremblement de terre »

Une contribution sur le temps de la terre et le sens de la vie d'après l'économiste Luigino Bruni, coordinateur mondial de l'EdC, qui se trouve sur les lieux, qui lui sont familiers, du tremblement de terre.

Par Luigino Bruni

paru dans: Città Nuova le 24/08/2016

Amatrice foto Ansa ridCe clocher de la tour de la commune d’Amatrice qui indique 3:36 heures est une image forte pour dire ce qui s’est passé cette nuit. Ce moment a été le dernier pour les nombreuses victimes, une minute dont on se souviendra toujours car elle est enregistrée dans la chair et dans le cœur de leurs familles et notre village ne l’oubliera jamais, lui dont l’histoire récente est aussi une série d’horloges arrêtées pour toujours par la violence des hommes ou celle de la terre.

Personnellement, je m’en souviendrai aussi toujours car cet hurlement de la terre, a rejoint aussi la maison de mes parents de Roccafluvione, à une vingtaine de km d’Arquata del Tronto, où je me trouvais en visite.

Une longue nuit de peur, de souffrance, de pensées pour Amatrice, Arquata, Accumuli, villages de mon enfance, proches du village de mes grands- parents, bourgs où pendant les étés, j’accompagnais mon père qui travaillait là comme vendeur ambulant de poulets rôtis.

Et puis encore des pensées, pensées que nous ne nous faisons jamais parce qu’on ne peut les faire que dans les nuits terribles.

Je pensais que ce temps mesuré jusqu’à 3:36 sur l’horloge de la tour, était là, bloqué, mort, était seulement une dimension du temps, celle que les grecs appelaient kronos mais qui était seulement la superficie, le sol du temps.

Dans notre monde, il y a le temps géré, domestiqué, construit, utilisé pour vivre.

Mais en-dessous, il y a un autre temps : c’est le temps de la terre. Ce temps non- humain, et parfois inhumain, commande le temps des hommes, des mamans, des enfants.

Et je pensais que nous ne sommes pas, nous, les patrons de cet autre temps, plus profond, abyssal, primitif, qui ne suit pas notre pas et va parfois contre les pas de celui qui lui marche dessus. Et lorsque lors de ces nuits terribles, nous avertissons ce temps différent sur lequel nous marchons et construisons notre maison, naît, complètement nouvelle la certitude d’être une »herbe du champ », mouillée et nourrie par le ciel, mais aussi engloutie par la terre.

La terre, la vraie, et non la romantique et naïve des idéologies, est aussi bien mère et marâtre.

L‘ humus engendre l’ homo mais le fait aussi retourner en poussière, parfois, bien et au moment propice, mais d’autres fois, mal, trop tôt, avec trop de souffrance.

L’humanisme biblique le sait très bien, et pour cela, il a beaucoup lutté contre les cultes païens des peuples proches qui voulaient faire de la terre et de la nature, une divinité : la force de la terre a toujours fasciné les hommes qui ont voulu l’acheter avec la magie et les sacrifices.

Et ainsi, alors que j’essayais en vain de retrouver le sommeil, je pensais aux livres terribles de Job et de Qohelet, qui se comprennent peut-être au cours de ces nuits. Ces livres nous disent qu’aucun Dieu, ni même pas le vrai, peut contrôler la terre, parce que Lui aussi , une fois qu’Il est entré dans l’histoire humaine, est victime de la mystérieuse liberté de sa création.

Ni même Dieu ne peut nous expliquer pourquoi des enfants meurent écrasés par les pierres antiques de nos villages, et il ne peut nous l’expliquer car il ne le sait pas, car s’il le savait, il serait un dieu monstrueux.

Dieu, qui aujourd’hui regarde la terre des trois A (Arquata, Accumuli, Amatrice), peut seulement se poser les mêmes questions que les nôtres, : il peut crier, se taire, pleurer avec nous.

Et peut-être nous rappeler avec les paroles de la Bible que tout est vanité des vanités : tout est vapeur, souffle, vent, brouillard, gaspillage, rien, éphémère.

Vanité en hébreux, s’écrit hebel, la même parole d’Abel, le frère tué par Caïn. Tout est vanité, tout est un infini Abel : le monde est plein de victimes.

Cela au moins, nous pouvons le savoir. Nous le savons, nous l’oublions trop souvent. Ces nuits et ces jours terribles nous le rappellent. ».

Nous suivre:

Qui est en ligne

Nous avons 379 invités et aucun membre en ligne

© 2008 - 2019 Economia di Comunione (EdC) - Movimento dei Focolari
creative commons Questo/a opera è pubblicato sotto una Licenza Creative Commons . Progetto grafico: Marco Riccardi - info@marcoriccardi.it

Please publish modules in offcanvas position.

Ce site utilise des cookies techniques, y compris ceux de parties tierces, pour permettre une exploration sûre et efficace du site. En fermant ce bandeau, ou en continuant la navigation, vous acceptez nos modalités d’utilisation des cookies. La page d’informations complètes indique les modalités permettant de refuser l’installation d’un cookie.