De Recife, le témoignage de Simone

De Recife, le témoignage de Simone.

J’ai 24 ans et j’étudie à l’université pour devenir assistante sociale. Je participe aux rencontres du Mouvement des Focolari depuis mes 9 ans, et cela a été fondamental pour ma formation humaine.

Nous sommes huit enfants à la maison, d’une famille très simple. Nos parents nous ont permis d’étudier en faisant de grands sacrifices. J’ai toujours fréquenté l’école publique, avec des enseignements de qualité douteuse qui m’ont rendu difficile l’accès à l’université. Mais j’ai toujours aimé étudier et il y a trois ans j’ai pu réaliser mon rêve.

L’entrée à l’université a été pour moi un cadeau de Dieu mais il m’a fallu changer de ville. C’est grâce au soutien de la famille du Mouvement des Focolari que j’ai pu faire ce saut. Le problème était mes dépenses liées à cette nouvelle situation. Les ressources de ma famille sont limitées et j’en étais très préoccupée. C’est alors que la possibilité m’a été donnée de recevoir de l’aide de l’Economie de Communion.

La certitude que Dieu n’abandonne pas ses enfants me donne une grande joie. C’est grâce à cette communion que je peux continuer mes études à l’Université. Les fondements théoriques du cours que je suis sont ceux du marxisme et chaque leçon nous bombarde les mêmes énoncés : jamais le système capitaliste ne conduira à une société digne et ne sera capable d’aucune transformation. Seule une révolution basée sur le conflit pourra changer la situation. Nombreuses sont les critiques aux diverses formes d’économie solidaire.

Tout cela me troublait profondément car je ne pouvais pas accepter cette vision dénuée d’espoir. Et puis grâce aux rencontres de l’EdeC j’ai trouvé une voie qui m’a rendue heureuse. J’en suis maintenant au sixième semestre et j’ai décidé, avec courage, de faire mon mémoire final sur l’EdeC, non seulement comme une réponse à la vision fondamentale du cours, mais aussi en remerciement pour tout ce que je reçois : l’EdeC m’apporte l’émancipation humaine à laquelle j’aspirais et me permet de faire grandir cette réalité qui, au-delà de la solidarité, conduit à la fraternité, vraie solution des problèmes sociaux.

Dans cet esprit j’ai créé un beau rapport avec mes professeurs, mais quand j’ai présenté ma proposition de thèse pour le mémoire ils m’ont discriminée. Comment une fille à l’esprit si ouvert peut-elle encore croire à ces utopies? Beaucoup m’ont fait ce reproche. J’ai répondu que je suis sûre de mon sujet parce que l’EdeC n’est pas seulement une thèse de mémoire mais une nouvelle proposition, un projet déjà concrétisé : je suis un témoin vivant de ses bienfaits pour l’émancipation humaine.

Nous suivre:

Qui est en ligne

Nous avons 567 invités et aucun membre en ligne

© 2008 - 2019 Economia di Comunione (EdC) - Movimento dei Focolari
creative commons Questo/a opera è pubblicato sotto una Licenza Creative Commons . Progetto grafico: Marco Riccardi - info@marcoriccardi.it

Please publish modules in offcanvas position.

Ce site utilise des cookies techniques, y compris ceux de parties tierces, pour permettre une exploration sûre et efficace du site. En fermant ce bandeau, ou en continuant la navigation, vous acceptez nos modalités d’utilisation des cookies. La page d’informations complètes indique les modalités permettant de refuser l’installation d’un cookie.