‘Notre grand rêve’ : seconde journée de l’École Internationale des Jeunes

Par Lili Mugombozi

150523 Nairobi EoC School 30 ridNotre grand rêve’, voilà le thème de la seconde journée de l’École Internationale des Jeunes, hier 23 mai, à la mariapolis Piero au Kenya. Le nombre des participants a augmenté : des jeunes sont arrivés encore d’Argentine, Hongrie, Égypte et de divers pays d’Afrique.

Tous s’asseyent, les refrains et sifflets de bienvenue accueillent les nouveaux venus, et Steven, un jeune du Cameroun, prend le micro : "j’ai un grand rêve, que je voudrais ne jamais perdre de vue : ne jamais cesser de rêver… sinon c’en est fini pour moi, et vous ?". Entre rires et applaudissements, du fond de la salle où je suis, je vois que ces jeunes sont vraiment super. Ils rêvent, oui, mais ils ont à l’esprit des projets bien précis et concrets.

« Un grand rêve naît toujours de notre histoire personnelle 150523 Nairobi EoC School 20 ridet y reste étroitement lié… puis nos choix devraient être pratiquement une conséquence de tout ce que nous rêvons. Cette école est vraiment spéciale ; ils nous donnent non seulement leur savoir mais aussi leur vie intime, quelque chose d’eux-mêmes", me dit Christian, un jeune de la République Démocratique du Congo, en réfléchissant aux histoires personnelles de deux des enseignants : Vittorio Pelligra, italien, et Lorna Gorld, écossaise.    

Leur méthode d’enseignement est en effet curieuse : elle se base sur ce qu’ils ont vécu. La ressemblance est frappante entre leurs itinéraires personnels, qui les ont conduits à devenir chercheurs, auteurs de recherches sur l’ÉdeC…
Ils sont tous deux jeunes, très jeunes même, pleins d’enthousiasme, et croient à fond en l’Idéal du Monde Uni, qu’ils partagent avec de nombreux autres jeunes du monde entier. Un grand rêve donc, rien de moins que le "rêve d’un Dieu", dit un jour Chiara Lubich en s’adressant aux jeunes, justement. Un rêve qu’ils ne perdront pas de vue, pas même dans les choix de vie importants comme celui d’une faculté, d’une université, en vue d’un impact plus important sur la société environnante, pour réaliser concrètement, sans en rester aux discours, une société juste et digne pour tout 150523 Nairobi EoC School 16 ridêtre humain.

Leur témoignage fascine et fait tout de suite un grand effet sur l’audience, au point que Michel s’exclame : "Je voudrais faire mon doctorat sur l’ÉdeC, comment réaliser mon rêve ?". Et il ajoute : "je crois qu’il y en a d’autres comme moi dans la salle".

Commence alors un dialogue très profond ; enseignants et jeunes participants partagent rêves, frustrations, découragements, mais aussi petites et grandes histoires de réussites. Les réflexions se succèdent sur divers sujets : la crise économique mondiale et son impact sur les Pays en voie de développement, les multinationales, l’ONU, les changements climatiques, les relations internationales. On est frappé par l’intelligence et le sens des réalités de ces jeunes, par exemple, qui proviennent de la région minière du Katanga (RDC) par rapport au drame qui les touche de près : vraiment, ils ont les pieds sur terre !

Un autre moment très riche est celui des échanges et des travaux en ateliers. Demain les jeunes communiqueront ce qui sera né de ces échanges et travaux.

 

Ce site utilise des cookies techniques, y compris ceux de parties tierces, pour permettre une exploration sûre et efficace du site. En fermant ce bandeau, ou en continuant la navigation, vous acceptez nos modalités d’utilisation des cookies. La page d’informations complètes indique les modalités permettant de refuser l’installation d’un cookie.