Nos cinq pains et deux poissons

A Rome se sont rencontrés des entrepreneurs, des travailleurs et des étudiants de 52 nations pour offrir au pape François le fruit modeste mais souffert de vingt cinq années d’engagement à contrecourant pour réaliser une communion productive ouverte aux exclus.

de Alberto Ferrucci

N44 pag03 Alberto Ferrucci Autore rid webextrait du Rapport EdeC 2016, "Economie de Communion - une culture nouvelle" n.44 Insert rédactionnel dans Città Nuova n.2 - 2017 - février 2017

Ce rapport 2016 est sorti alors que les opérateurs d’économie de communion arrivaient à Rome en provenance du monde entier pour rencontrer Pape François. Ceux-ci peuvent offrir au Saint Père : pôles industriels en Europe et en Amérique Latine,  vie de communion des collaborateurs de huit cent entreprises, soutien à plusieurs milliers de pauvres, école pour leurs enfants, associations qui organisent des écoles et des réseaux d’entraide aux nouvelles entreprises de jeunes entrepreneurs, projets industriels et sociaux, soutien à l’université de la culture de l’unité, dialogue avec la culture contemporaine.

Peu de chose face à la complexité des problèmes d’aujourd’hui, surtout si on se met à écouter des voix plus autorisées sur les thèmes de l’avenir de la société et de l’environnement au niveau planétaire. Quoi qu’il en soit ce sont nos “cinq pains et deux poissons”, qui, nous l’espérons, seront renforcés par les visages de tous ceux qui participeront à la rencontre avec le Pape,  avec dans leurs yeux la lumière du Charisme de l’Unité, le don de Dieu confié à Chiara sous les bombes de la seconde guerre mondiale.

Il y a vingt cinq ans, devant le scandale des favelas autour des gratte-ciel de Sao Paulo, comme alternative au consumérisme triomphant après la chute du mur de Berlin, Chiara avait proposé une “communion productive” incluant les derniers, invitant à s’unir pour produire de nouvelles richesses et arracher les pauvres à leurs conditions.

Et cela précisément au moment où s’étendait la globalisation des capitaux et du travail, qui aurait sorti de la misère deux milliards de personnes, permettant cependant aux grands groupes économiques et financiers, avantagés par le manque de régulation, d’éviter les impôts sur leurs énormes profits, impôts qui auraient dû financer la recherche et l’innovation des états pour la création de nouveaux emplois en remplacement des emplois traditionnels qui disparaissent.

Richesses soustraites au bien commun qui croupissent dans des groupes devenus tellement puissants qu’ils sont difficiles à contrôler. Se consolident ainsi des “structures de péché” qui concentrent la richesse dans les mains d’un petit nombre et mettent en difficulté le plus grand nombre, tout en les incitant à tendre l’oreille à ceux qui font porter la faute de cette situation aux plus pauvres parmi les pauvres, à ceux qui sont privés non seulement de biens mais aussi de patrie et qui chaque jour nous interpellent, désespérément, dans les rues de nos villes.

S’annonce ainsi un monde où s’érigent des murs et où s’écroule la confiance, tout l’opposé du Monde Uni que Chiara a proposé en en indiquant le chemin avec l’économie de communion, le monde que Pape François cherche à construire en montrant un Dieu qui regarde avec miséricorde tous les habitants de cette petite planète qui erre dans l’espace, sur laquelle nous survivons en en respirant l’atmosphère qui l’enveloppe d’une couche vraiment ténue.

 

Nous suivre:

Qui est en ligne

Nous avons 555 invités et aucun membre en ligne

© 2008 - 2019 Economia di Comunione (EdC) - Movimento dei Focolari
creative commons Questo/a opera è pubblicato sotto una Licenza Creative Commons . Progetto grafico: Marco Riccardi - info@marcoriccardi.it

Please publish modules in offcanvas position.

Ce site utilise des cookies techniques, y compris ceux de parties tierces, pour permettre une exploration sûre et efficace du site. En fermant ce bandeau, ou en continuant la navigation, vous acceptez nos modalités d’utilisation des cookies. La page d’informations complètes indique les modalités permettant de refuser l’installation d’un cookie.