Ubuntu, c’est partager

La culture de la communion nous aide à regarder autour de nous, à ne pas rester enfermés dans notre pauvreté.

extrait de pdf "Économie de Communion - Une nouvelle culture" n.41 (2.46 MB) - Encart rédactionnel inséré dans Città Nuova n. 13/14 – 2015

Par Geneviève A. M. Sanze

N41 Pag 05 Genevieve Sanze Autore rid dx"Je suis ce que je suis en vertu de ce que nous sommes tous, sans exclusion"
Un jour un anthropologue a proposé un jeu aux enfants d’une tribu d’Afrique du Sud. Il mit une corbeille de fruits au pied d’un arbre et dit aux enfants que le premier arrivé gagnerait tous les fruits. Au signal, tous les enfants se mirent à courir…  en se tenant par la main ! Puis ils s’assirent et se régalèrent de leur récompense. Quand l’anthropologue leur demanda pourquoi ils avaient fait comme ça, ils ont répondu : "Ubuntu", c’est-à-dire, comment l’un de nous peut-il être heureux si les autres sont tristes ?

Cette tendance à la solidarité communautaire exprime l’essence de la culture africaine. Nous savons partager la joie, la douleur, le trousseau, la difficulté… Même si l’individu peut avoir un rôle significatif, il n’y a pas de place pour l’individualisme égoïste. Cela peut être le don de notre continent à l’humanité, à la société moderne globalisée, aujourd’hui caractérisée par l’égoïsme, la peur de l’autre, la tendance au renfermement sur soi.

Sans doute bien peu parmi nous pourront produire de la richesse ou créer des emplois, mais nous pouvons sûrement nous mettre en communion, ce qui est la première réponse aux crises, et créer ainsi des relations de paix et de confiance avec Dieu et les frères. La communion est plus importante que n’importe quelle richesse économique.
Pas seulement communion entre une personne dans le besoin et une autre qui l’aide : la première communion est celle de l’âme, de la vie, du cœur ; cela nous l’avons tous et pouvons le partager.

Trouvons de nouvelles voies pour entrer dans la culture de l’autre, dans sa diversité, pour reconnaître sa richesse. Si nous nous préoccupons seulement d’aider un peuple, nous rendons évidente sa pauvreté et il perd sa richesse ; il devient doublement pauvre et entre ainsi dans un cercle vicieux de dépendance, dont il ne peut sortir parce qu’il pense en être incapable.   
Chiara disait : "Devant chaque personne mettons-nous dans l’attitude d’apprendre". Par cette attitude le permets à cette personne de me donner quelque chose, de se sentir importante parce que j’ai besoin d’elle.

N41 Pag 05 Belamy ridTu peux donner une maison à un pauvre, qui en a absolument besoin. En échange il te donne un morceau de tissu : en valeur réelle il n’y a pas de comparaison possible. Le pauvre n’a même pas cherché à comprendre si cette pièce de tissu compte pour toi autant que la maison pour lui. Il te donne simplement ce qu’il a de plus précieux. Si nous n’apprenons pas à voir la valeur de cette humble pièce de tissu, aucun don de maison ne deviendra bien-être. Qui accueille un don doit d’abord faire l’expérience d’être accueilli comme un don. C’est le secret de la communion.

Revenons à l’Afrique : la culture de la communion nous aide à regarder autour de nous, à ne pas rester enfermés dans notre pauvreté, les mains tendues en attendant l’aide de l’autre, pour au contraire, ensemble, être et donner.
Avec l’économie de communion nous avons vu des pauvres retrouver une pleine liberté de vie, dignité, joie, responsabilité, dans un nouveau rapport avec la société.

Nous suivre:

Qui est en ligne

Nous avons 543 invités et aucun membre en ligne

© 2008 - 2019 Economia di Comunione (EdC) - Movimento dei Focolari
creative commons Questo/a opera è pubblicato sotto una Licenza Creative Commons . Progetto grafico: Marco Riccardi - info@marcoriccardi.it

Please publish modules in offcanvas position.

Ce site utilise des cookies techniques, y compris ceux de parties tierces, pour permettre une exploration sûre et efficace du site. En fermant ce bandeau, ou en continuant la navigation, vous acceptez nos modalités d’utilisation des cookies. La page d’informations complètes indique les modalités permettant de refuser l’installation d’un cookie.