Recensement ÉdeC, identité d’un oui

Dans l’Antiquité, l’initiative de compter les personnes était regardée avec suspicion, et était vécue dans la peur. Le questionnaire destiné aux entrepreneurs de l’Économie de communion est l’occasion d’un nouveau choix

de Luigino Bruni

extrait de "Economia di Comunione - una cultura nuova" n.39 - supplément joint au n.13/14 - 2014 de Città Nuova – juillet 2014

N37 Pag4 Sec LB 01 ridLes recensements sont toujours une affaire complexe. Dans l’Antiquité, compter les personnes et, surtout, écrire leurs noms, était un acte entouré de mystère et de peur, parce qu’on croyait que le fait de compter et d’écrire les noms attirait la présence d’esprits mauvais. La Bible, par exemple (Second Livre de Samuel), nous raconte que, lorsque David fit le recensement d’Israël, Dieu le punit et envoya la peste. Ce recensement fut un des péchés les plus graves de David. Pourquoi ? La raison en est simple : David, en comptant ses hommes, voulait affirmer que c’était lui, et non Dieu, le chef et le propriétaire de son peuple. Conscients de cette ambivalence de tout recensement, et connaissant le sort qui fut réservé à David, nous n’avons pas lancé ce questionnaire en ligne pour nous “compter” et nous croire propriétaires et détenteurs de toutes ces entreprises, et – pourquoi pas ? – d’un empire ; non : nous l’avons conçu pour donner à tous les entrepreneurs qui ont adhéré un jour à l’ÉdeC de faire un nouveau choix. Il s’est maintenant écoulé 23 ans depuis ce jour “béni” du 29 mai 1991, où Chiara Lubich a inventé l’ÉdeC (pour les pauvres, pour nous, pour tous).

Bon nombre des entrepreneurs qui aujourd’hui encore en sont les colonnes porteuses, dans les différents continents, sont ceux qui ont dit oui sur cette première lancée, qui ont entendu un appel personnel et y ont répondu. Au cours des années qui ont suivi, beaucoup d’autres se sont joints à eux, et continuent de le faire encore aujourd’hui. Certains parmi les pionniers ont maintenant pris leur retraite ; d’autres sont partis pour le ciel (ils sont les plus précieux !), d’autres encore (ils sont peu nombreux) ont quitté le projet, pour diverses raisons.

Quoi qu’il en soit, nous pouvons tous choisir, ici et maintenant, d’adhérer à nouveau à l’ÉdeC. Notre projet concerne les entreprises, mais il repose toujours sur l’adhésion de personnes concrètes qui disent oui. Il n’y a donc besoin d’aucune délibération d’un conseil d’administration ni d’aucun document officiel (cela peut aussi se faire, et c’est parfois une bonne chose, mais ce n’est pas l’essentiel). Le but du questionnaire est de redire notre oui à l’ÉdeC de Chiara Lubich, avec la même N39 pag 04 Censimento bassorilievo ridconviction que la première fois, mais avec une prise de conscience plus forte et un amour encore plus fidèle.

Pour rendre la compilation de ce questionnaire plus facile et plus simple, nous l’avons mis en ligne grâce à un logiciel créé avec beaucoup de soin par Alberto Ferrucci et John Mundell. Ce questionnaire fonctionnera si les entrepreneurs en comprennent l’importance et nous consacrent quelques minutes d’attention (vous le trouverez sur le site www.eoc-companies.org). Cependant, et ceci est pour nous très important, ce questionnaire voudrait être un premier pas pour construire entre nous un rapport continu afin d’échanger des informations, des expériences et, surtout, nous sentir parties prenantes d’un réseau qui travaille chaque jour pour que l’économie devienne meilleure, et contribuer ainsi à ce que le monde soit plus uni. Nous n’utiliserons pas les données recueillies pour nous “compter”, ni pour nous sentir grands et puissants. Nous voulons seulement redire ensemble un ‘oui’ solennel à l’Économie de communion. Elle vivra, elle grandira et mûrira si, chaque jour, nous continuons à y croire et à la vivre.

 

Nous suivre:

Qui est en ligne

Nous avons 365 invités et un membre en ligne

© 2008 - 2019 Economia di Comunione (EdC) - Movimento dei Focolari
creative commons Questo/a opera è pubblicato sotto una Licenza Creative Commons . Progetto grafico: Marco Riccardi - info@marcoriccardi.it

Please publish modules in offcanvas position.

Ce site utilise des cookies techniques, y compris ceux de parties tierces, pour permettre une exploration sûre et efficace du site. En fermant ce bandeau, ou en continuant la navigation, vous acceptez nos modalités d’utilisation des cookies. La page d’informations complètes indique les modalités permettant de refuser l’installation d’un cookie.