Nous publions cet article en hommage au professeur Giacomo Becattini, qui s’est éteint ce matin à Florence. Luigino Bruni l’évoque comme « l’un des derniers économistes humanistes d’Europe, un grand spécialiste d’une économie vivante, civile, authentique, historique, italienne, territoriale ».

Par Luigino Bruni

Publié dans Avvenire "Agorà sette - libri" le 8/01/2016

Logo Agorà sette libriGiacomo Becattini est un économiste qui a apporté des nouveautés dans la théorie et la politique économique italienne, mais pas seulement. Aujourd’hui, à près quatre-vingt-dix ans, il publie un livre (La coscienza dei luoghi, Donzelli, 2015, ndlr) où la sagesse de toute une vie est condensée dans un peu plus de deux cents pages. Becattini est un économiste incarnant la meilleure tradition italienne et européenne dans l’histoire de la pensée. Peu d’économistes ont su penser, comme lui, à l’échelle à la fois locale et mondiale. Si Becattini n’avait pas observé les dynamiques des villes de Prato et de Carrare, nous n’aurions pas bénéficié de ses théories, mais bien peu d’intellectuels italiens ont exercé une influence aussi grande que la sienne sur les débats autour de la politique industrielle dans différents pays du monde.

Un économiste qui compte parmi les plus grands parce qu’il ne s’est pas limité à l’économie : la géographie, l’urbanisme, l’histoire de l’économie et des idées, la politique et l’agronomie figurent parmi les disciplines auxquelles Becattini s’est intéressé et a beaucoup apporté. Un économiste « impur », pour reprendre les mots d’un autre de ses maîtres, Maffeo Pantaleoni. Contrairement à Vilfredo Pareto et s’inscrivant dans la droite ligne de la tradition italienne la plus féconde, il ne croyait pas au purisme de théories trop abstraites pour être utiles à la société ; il a mis ensemble différents instruments, langages La coscienza dei luoghi ridet cultures afin de ne pas ranger dans les « approximations de deuxième ordre » la réalité qui, lorsqu’on la perd de vue dès le début, est perdue à tout jamais.

Quelles nouveautés, clairement énoncées dans ce livre, la recherche de Becattini apporte-t-elle ? Elles tournent autour de l’idée de « districts industriels ». Si nous trouvons également cette idée et cette expression dans les œuvres d’Alfred Marshall, qui datent de la fin du XIXe siècle, Becattini les a sorties des sépulcres où l’économie officielle les avait enfermées, afin de les transformer. Il nous a expliqué que l’économie des districts est le meilleur domaine de l’économie et de la société en Italie, car c’est là que s’exprime la part lumineuse du modèle communautaire italien. À une époque où les chercheurs évoquaient l’Italie comme un exemple d’amoralité sur le plan de la famille, les liens sociaux qui bridaient notre capitalisme « relationnel », le nanisme des entreprises familiales et le manque de capital managérial, Becattini a raconté une autre histoire, il a composé une musique en contrechant. Alors que tout le monde imaginait l’avenir de l’économie italienne dans le « grand, le lointain et l’anonyme », Becattini répétait inlassablement que c’était la forêt, et non pas un seul arbre, qui permettait le développement économique. Il affirmait que les petites entreprises au sein des districts recelaient un trésor pour l’Italie, qu’elles n’étaient pas un vestige d’un passé révolu mais représentaient un acompte sur un avenir possible. Aujourd’hui, les chiffres lui donnent raison, car c’étaient et ce sont encore les secteurs de la chaussure, de la mode, des moteurs ou de l’ameublement qui ont su Giacomo Becattiniinnover et résister aux effets dévastateurs du capitalisme financier. Nous avons été sauvés par « ce domaine de l’économie italienne qui : a) plonge ses racines dans notre histoire ; b) a été en mesure, dans la seconde moitié du XXe siècle, de résorber, grâce à ses produits (le Made in Italy est notre mécanique extraordinaire) le déficit structurel de notre balance commerciale, accentué notamment par nos carences en sources d’énergie ; c) s’accroche moins aux pouvoirs forts, financier et politique, de notre pays » (p. 17).

La vision de l’économie de Becattini part du grand concept de « vocation économique des lieux », de leur « choralité productive » (cette expression de lui est très belle). L’économie vit grâce à un esprit, à un caractère régional, à des passions : si l’Émilie-Romagne a créé un secteur des moteurs dont l’excellence est reconnue partout dans le monde, cela s’explique d’abord par l’amour de ses habitants pour les moteurs. Si cette passion devait un jour s’éteindre, l’activité cesserait aussitôt elle aussi. Afin de découvrir ces vocations, Becattini examine donc l’histoire, les relations entre les personnes et entre les entreprises, l’« intimité des territoires » : ce sont les relations qui sont productives. Dans l’économie de Becattini, ce sont les lieux, et non les individus, qui deviennent la première unité d’observation du bien-être et du développement, ce qui nous permet de prendre conscience que la création de la valeur est tributaire de trop d’éléments extérieurs à l’entreprise. Lorsqu’une ruche ne produit plus de miel, il faut se tourner de nouveau vers les plantes et les fleurs présentes sur le territoire.

L’environnement et la terre retrouvent ainsi leur place centrale que la théorie économique avait été la première à oublier : « La politique de conservation des lacs ne saurait être définie uniquement selon qu’ils sont poissonneux ou non : elle doit également défendre l’expérience lacustre dans son ensemble, pour les générations futures de pêcheurs et tous les riverains des lacs » (p. 114). Une vision d’une éco-économie intégrale qui plairait beaucoup au pape François.

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

#EocwiththePope

Suivez-nous sur

facebook twitter vimeo icon youtubeicon flickr

Save the date!

Economie silencieuse big mod

Editions Nouvelle Cité, 2016
pour information et achat
suite de la lecture...

Blessure rencontre big modEditions Nouvelle Cité, 2014
pour information et achat

Congrès Pan Asiatique ÉdeC 2016

L’entreprise une affaire de don

Ce que révèlent les sciences de gestion 

Entreprise affaire don rid modpar Anouk Grevin, Bénédice de Peyrelongue, Benjamin Pavageau, Olivier Masclef, Pierre-Yves Gomez et Sandrine Fremeaux

Editions Nouvelle Cité, 2015
Collection du G.R.A.C.E.

Lire la suite...

Nairobi : un site consacré à tous les contenus

Logo sito Nairobi rid modInterventions et témoignages (vidéos et textes), photo galerie, power point : tous les contenus pour revivre les événements de Nairobi 2015.

Accès au site    Accès aux contenus du congrès ÉdeC  Accès aux contenus de l’école ÉdeC

Adhérez à l’ÉdeC

EoC Companies crop banner rid modPour cela, enregistrez votre entreprise sur le nouveau site : edc-info.org

Pour en savoir plus...

L’arbre de vie

Logo Albero della vita rid modLe commentaire de la Genèse, dans les éditoriaux dominicaux de Luigino Bruni dans Avvenire

La mort de Jacob- 03/08/2014
Retrouver son fils- 27/07/2014
La réconciliation- 20/07/2014
Joseph et le pardon- 13/07/2014
Vaches maigres, vaches grasses- 06/07/2014
La loyauté de Joseph- 29/06/2014
Juda et Tamar- 22/06/2014
Joseph l’homme des songes- 15/06/2014
La mort d’Isaac - 08/06/2014
Dina, la vengeance et la gratitude - 01/06/2014
Blessure et bénédiction - 25/05/2014
La carence de fondement - 18/05/2014
Le songe et la vocation - 11/05/2014
Esaü et Jacob - 04/05/2014
Le premier contrat - 27/04/2014
Isaac - 20/04/2014
Agar - 13/04/2014
Abram - 06/04/2014
Babel - 30/03/2014
Noé - 23/03/2014
Caïn et Abel - 16/03/2014
Le serpent - 09/03/2014
Parité - 02/03/2014
Adam - 23/02/2014
L’arbre de vie - 16/02/2014

Le nouveau lexique du bien vivre social

Logo nuovo lessico rid modLes "paroles" du Nouveau Lexique, dans les éditoriaux hebdomadaires de Luigino Bruni dans Avvenire

Communion - 09/02/2014
Institutions - 02/02/2014
Communauté - 26/01/2014
Temps - 19/01/2014
Douceur - 12/01/2014
Économie - 05/01/2014
Innovation - 14/12/2013
Marché - 08/12/2013
Biens communs - 01/12/2013
Coopération - 24/11/2013
Biens d’expérience - 17/11/2013
Point critique - 10/11/2013
Capitaux - 03/11/2013
Pauvreté - 27/10/2013
Biens relationnels - 20/10/2013
Biens - 13/10/2013
Richesse - 06/10/2013
Nouveau lexique - 29/09/2013

Nous suivre

facebook twitter vimeo icon youtube icon flickr

Les témoignages des entrepreneurs

 temoignage

Des entrepreneurs engagés dans l’ÉdeC livrent leurs expériences.

Page dédiée aux expériences
Télécharger les documents pdf
Interventions lors de congrès

Ce site utilise des cookies techniques, y compris ceux de parties tierces, pour permettre une exploration sûre et efficace du site. En fermant ce bandeau, ou en continuant la navigation, vous acceptez nos modalités d’utilisation des cookies. La page d’informations complètes indique les modalités permettant de refuser l’installation d’un cookie.