Rubriques – Au-delà du marché

de Luigino Bruni

publié sur Città Nuova n.12/2016 de décembre 2016

Sharing Economy ridIl n’est pas facile de comprendre ce qui se passe vraiment dans le phénomène croissant de ce qu’on appelle la sharing economy, l’économie du partage. En particulier parce que sous cette expression on regroupe des expériences très différentes et parfois trop différentes.

D’abord une prémisse. Si on regarde le processus de développement de l’économie de marché dans une perspective de long terme, la sharing economy d’aujourd’hui est une étape cohérente avec l’évolution de la relation entre marché et société. Depuis son commencement le marché a grandi en synergie avec le social. Il y a un millier d’années, en Italie, ont commencé les prodromes de l’économie de marché avec deux opérations : nous avons pris des morceaux de vie en commun jusqu’alors régis par des normes et des instruments communautaires et nous les avons mis sous le contrôle de la monnaie, et puis nous avons inventé de nouvelles relations qui naissaient grâce aux nouveaux instruments économiques et monétaires. Ainsi, au lieu de continuer à filer les vêtements dans la famille ou dans le clan par l’autoconsommation, nous avons commencé à les vendre et à les acheter sur la place. Et nous avons rencontré des personnes et des peuples inconnus jusque là, ou des ennemis grâce au commerce de la soie et des épices. Pendant des siècles, la route de la soie a été une grande route de partage qui a relié marchands et civilisations lointaines. L’économie de marché est toujours vécue dans cet entrelacs entre socialité et contrats, biens économiques et biens relationnels, argent et gratuité. Dans les deux derniers siècles les espaces sociaux entrelacés avec les marchés ont beaucoup grandi, et aujourd’hui il y a peu de lieux qui ne soient pas rejoints par l’échange monétaire. Toujours davantage le marché croit en donnant un prix à l’activité que jusque là nous faisions gratuitement, inventant toujours ce faisant de nouvelles relations d’avantage mutuel pour répondre à nos besoins et désirs.

C’est au sein de ce long chemin de l’Occident, et de l’Europe en particulier, qu’il convient de lire ce qui et entrain de se passer au cœur de la planète sharing economy. Si on essaie de donner une définition substantielle de la sharing economy, : on pourrait appeler de ce nom les activités où l’on trouve, à des degrés divers, les trois caractéristiques suivantes : a/ le marché connait une certaine dimension de gratuité (de temps, d’énergie, d’argent) ; b/ les contrats s’entrelacent avec les biens relationnels ; c/ l’échange naît d’un avantage mutuel explicite et intentionnel. La nouveauté réside dans le fait d’avoir ensemble ces trois dimensions, parce que des expériences avec une ou deux des caractéristiques listées ont toujours existé. Au vu des expériences concrètes, c’est la première dimension (a) qui est la plus difficile à trouver dans la praxis, parce que quand le marché s’accompagne de gratuité il a tendance à en prendre le contre-pied, mais pas toujours, ni nécessairement.

D’une manière générale, nous devons être très contents du développement de la sharing economy, qui est entrain d’augmenter les occasions de rencontre et de réciprocité, faisant croître la biodiversité des formes économiques et civiles de la société.

Il y a cependant des effets collatéraux peu visibles, produits par le développement de la sharing economy. Pensons, par exemple, à ce qu’on appelle les ‘home restaurant’, où des familles invitent à dîner chez eux des inconnus pour un prix inférieur à celui des restaurants. Si ce phénomène s’étend, il pourrait arriver un jour où personne ne t’invitera à dîner si tu ne lui a pas laissé au moins une proposition. Evidemment ces phénomènes deviennent socialement significatifs lorsqu’ils atteignent un ‘point critique’. Mais, en fait, les points critiques se dépassent presque toujours sans en être conscients, et une fois dépassés ils restent derrière nous et nous ne les voyons plus. On pourrait par exemple se retrouver dans un monde où un ami réclame 20 euros pour nous écouter une heure , en nous faisant un rabais de 50% par rapport au prix du néo-marché des écoutes payantes. Nous aurons alors oublié l’antique vérité selon laquelle écouter un ami a une valeur infinie car cela n’a pas de prix, car on ne peut pas le payer.

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

#EocwiththePope

L’aube de minuit

Logo Geremia Crop 150La série de commentaires de Luigino Bruni sur le livre de Jérémie sort chaque dimanche à Avvenire

Aller à la série complète

new tab icon 32291  Les pauvres anges des pauvres

new tab icon 32291  Les sables mouvants des illusions

new tab icon 32291  Le don du second récit

  Le rachat de la promesse

Save the date!

Suivez-nous sur

facebook twitter vimeo icon youtubeicon flickr

Economie silencieuse big mod

Editions Nouvelle Cité, 2016
pour information et achat
suite de la lecture...

Blessure rencontre big modEditions Nouvelle Cité, 2014
pour information et achat

Congrès Pan Asiatique ÉdeC 2016

L’entreprise une affaire de don

Ce que révèlent les sciences de gestion 

Entreprise affaire don rid modpar Anouk Grevin, Bénédice de Peyrelongue, Benjamin Pavageau, Olivier Masclef, Pierre-Yves Gomez et Sandrine Fremeaux

Editions Nouvelle Cité, 2015
Collection du G.R.A.C.E.

Lire la suite...

Nairobi : un site consacré à tous les contenus

Logo sito Nairobi rid modInterventions et témoignages (vidéos et textes), photo galerie, power point : tous les contenus pour revivre les événements de Nairobi 2015.

Accès au site    Accès aux contenus du congrès ÉdeC  Accès aux contenus de l’école ÉdeC

Adhérez à l’ÉdeC

EoC Companies crop banner rid modPour cela, enregistrez votre entreprise sur le nouveau site : edc-info.org

Pour en savoir plus...

L’arbre de vie

Logo Albero della vita rid modLe commentaire de la Genèse, dans les éditoriaux dominicaux de Luigino Bruni dans Avvenire

La mort de Jacob- 03/08/2014
Retrouver son fils- 27/07/2014
La réconciliation- 20/07/2014
Joseph et le pardon- 13/07/2014
Vaches maigres, vaches grasses- 06/07/2014
La loyauté de Joseph- 29/06/2014
Juda et Tamar- 22/06/2014
Joseph l’homme des songes- 15/06/2014
La mort d’Isaac - 08/06/2014
Dina, la vengeance et la gratitude - 01/06/2014
Blessure et bénédiction - 25/05/2014
La carence de fondement - 18/05/2014
Le songe et la vocation - 11/05/2014
Esaü et Jacob - 04/05/2014
Le premier contrat - 27/04/2014
Isaac - 20/04/2014
Agar - 13/04/2014
Abram - 06/04/2014
Babel - 30/03/2014
Noé - 23/03/2014
Caïn et Abel - 16/03/2014
Le serpent - 09/03/2014
Parité - 02/03/2014
Adam - 23/02/2014
L’arbre de vie - 16/02/2014

Le nouveau lexique du bien vivre social

Logo nuovo lessico rid modLes "paroles" du Nouveau Lexique, dans les éditoriaux hebdomadaires de Luigino Bruni dans Avvenire

Communion - 09/02/2014
Institutions - 02/02/2014
Communauté - 26/01/2014
Temps - 19/01/2014
Douceur - 12/01/2014
Économie - 05/01/2014
Innovation - 14/12/2013
Marché - 08/12/2013
Biens communs - 01/12/2013
Coopération - 24/11/2013
Biens d’expérience - 17/11/2013
Point critique - 10/11/2013
Capitaux - 03/11/2013
Pauvreté - 27/10/2013
Biens relationnels - 20/10/2013
Biens - 13/10/2013
Richesse - 06/10/2013
Nouveau lexique - 29/09/2013

Nous suivre

facebook twitter vimeo icon youtube icon flickr

Les témoignages des entrepreneurs

 temoignage

Des entrepreneurs engagés dans l’ÉdeC livrent leurs expériences.

Page dédiée aux expériences
Télécharger les documents pdf
Interventions lors de congrès

Ce site utilise des cookies techniques, y compris ceux de parties tierces, pour permettre une exploration sûre et efficace du site. En fermant ce bandeau, ou en continuant la navigation, vous acceptez nos modalités d’utilisation des cookies. La page d’informations complètes indique les modalités permettant de refuser l’installation d’un cookie.