Rubriques – Au-delà du marché

de Luigino Bruni

publié sur   pdf Città Nuova n.06/2016 (2.12 MB) de juin 2016

Favelas San Paolo 0125 ans sont passés depuis qu’au Brésil, en mai 1991, Chiara Lubich a lancé le germe de l’Economie de Communion (ÉdeC). A ce moment-là je n’étais qu’un jeune tout juste diplômé en économie, et  j’ai alors senti que ce qui se passait à San Paolo me concernait moi aussi. Je ne savais pas encore comment, mais j’avais l’intuition que je faisais partie de cette histoire qui était entrain de commencer. Aujourd’hui je sais qu’avoir accompagné le développement de ce “rêve” a été un événement décisif dans ma vie, qui aurait pu être très différente s’il n’y avait pas eu cette rencontre prophétique entre un regard de femme et le peuple brésilien.

Nous étions au lendemain de l’écroulement du mur de Berlin, et dans le monde de ce temps-là la proposition lancée par Chiara Lubich aux entrepreneurs de partager compétences, richesses et profits pour s’occuper directement de pauvreté, résonna comme une grande innovation, qui fit de l’ ÉdeC une nouveauté importante sur le plan économico-social et sur la frontière de la responsabilité sociale d’entreprise, qui en était encore à ses tout débuts. Ce n’était pas seulement , comme l’a dit quelque économiste (Serge Latouche, par exemple) une réédition du “patronat catholique”; dans l’ADN de ce germe il y avait aussi une idée différente de la nature des profits et donc de l’entreprise, entendue comme bien commun, dans une perspective globale et mondiale (peu fréquente en ces années-là). Les entrepreneurs furent ainsi impliqués dans la résolution d’un problème social d’inégalités.

Chiara fut frappée par le contraste entre  favelas et gratte-ciels dans la ville de San Paolo. Mais au lieu de lancer un projet social dans les faubourgs de la ville ou une levée de fond, elle adressa son invitation aux entrepreneurs qui, nous le savons, n’ont pas comme premier but la création de profits à donner à l’extérieur de l’entreprise, parce que, quand les entreprises sont honnêtes,  les profits exceptionnels sont très rares et sont réinvesti dans l’entreprise. Au sein de l’ ÉdeC il y a donc l’intuition que pour réduire la pauvreté il faut réformer le capitalisme, et donc sa principale intuition : l’entreprise.  Le langage et la première médiation culturelle et économique de l’intuition de Chiara furent ceux qui étaient à disposition dans la société, dans le peuple brésilien et dans le Mouvement des Focolari.

A 25 années de distance, cependant, le grand défi collectif qui se dresse en face de l’ ÉdeC est d’exprimer l’intuition-cœur de 1991 avec des mots et des catégories capables de dire et de se faire comprendre dans un monde culturel qui au cours de ces 25 années a radicalement changé. Même la frontière de la responsabilité sociale des entreprises et la compréhension de la pauvreté se sont déplacée très en avant avec le passage du millénaire. Le social business est devenu un mouvement diversifié, dynamique et en croissance continue. Ce qu’on appelle la sharing économy (NdT : économie du partage)  est entrain de donner vie, dans le monde entier, à des expériences très innovantes.

La réflexion sur la pauvreté et les actions pour la soulager se sont enrichies, grâce à la pensée et à l’action d’économistes comme Amartya Sen ou Muhammad Yunus.

A la fin du second millénaire, partager les bénéfices des entreprises en faveur des pauvres et des jeunes représentait en soi-même une innovation. Mais si en 2016 nous continuions à incarner la proposition de l’ÉdeC avec les mêmes formes, la proposition apparaît pas assez attirante et dépassée, surtout pour les jeunes. Dans un monde social et économique radicalement changé, l’ ÉdeC est appelée à se regénérer, comme elle est entrain de le faire, et comme elle l’a toujours fait pour être arrivée à ses “noces d’argent“. Oui il s’agit de noces, parce que chaque fois qu’un charisme réussit à s’incarner, il s’agit de la rencontre sponsale entre ciel et terre, entre idéal et histoire. Des noces comme celles de Cana, quand l’eau est devenue vin parce qu’une femme a vu que les gens n’avaient plus de vin, elle a cru et elle a obtenu le miracle. L’Economie de communiion continuera à vivre et atteindra son 50ème anniversaire et davantage, si nous restons toujours des femmes et des hommes avec “des yeux différents“, capables d’apercevoir ce qui manque aux gens de ce temps, de demander le miracle de l’eau changée en vin , des profits qui deviennent nourriture du corps et du cœur. Vive l’ÉdeC !

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

#EocwiththePope

Suivez-nous sur

facebook twitter vimeo icon youtubeicon flickr

Economie silencieuse big mod

Editions Nouvelle Cité, 2016
pour information et achat
suite de la lecture...

Congrès Pan Asiatique ÉdeC 2016

Blessure rencontre big modEditions Nouvelle Cité, 2014
pour information et achat

Lab School ÉdeC Loppiano 2016

L’entreprise une affaire de don

Ce que révèlent les sciences de gestion 

Entreprise affaire don rid modpar Anouk Grevin, Bénédice de Peyrelongue, Benjamin Pavageau, Olivier Masclef, Pierre-Yves Gomez et Sandrine Fremeaux

Editions Nouvelle Cité, 2015
Collection du G.R.A.C.E.

Lire la suite...

Nairobi : un site consacré à tous les contenus

Logo sito Nairobi rid modInterventions et témoignages (vidéos et textes), photo galerie, power point : tous les contenus pour revivre les événements de Nairobi 2015.

Accès au site    Accès aux contenus du congrès ÉdeC  Accès aux contenus de l’école ÉdeC

Photo galerie de l’École Internationale ÉdeC Nairobi 2015

150526 Nairobi EoC School 44 rid mod Mariapolis Piero, Nairobi (Kenya) 2015
Mai 2015

Accès à la photo galerie

Photo galerie du Congrès ÉdeC 2015

150531 Nairobi Congresso EdC 76 rid modMariapolis Piero, Nairobi (Kenya), 27-31 mai 2015

Accès à la photo galerie

Adhérez à l’ÉdeC

EoC Companies crop banner rid modPour cela, enregistrez votre entreprise sur le nouveau site : eoc-companies.org

Pour en savoir plus...

L’arbre de vie

Logo Albero della vita rid modLe commentaire de la Genèse, dans les éditoriaux dominicaux de Luigino Bruni dans Avvenire

La mort de Jacob- 03/08/2014
Retrouver son fils- 27/07/2014
La réconciliation- 20/07/2014
Joseph et le pardon- 13/07/2014
Vaches maigres, vaches grasses- 06/07/2014
La loyauté de Joseph- 29/06/2014
Juda et Tamar- 22/06/2014
Joseph l’homme des songes- 15/06/2014
La mort d’Isaac - 08/06/2014
Dina, la vengeance et la gratitude - 01/06/2014
Blessure et bénédiction - 25/05/2014
La carence de fondement - 18/05/2014
Le songe et la vocation - 11/05/2014
Esaü et Jacob - 04/05/2014
Le premier contrat - 27/04/2014
Isaac - 20/04/2014
Agar - 13/04/2014
Abram - 06/04/2014
Babel - 30/03/2014
Noé - 23/03/2014
Caïn et Abel - 16/03/2014
Le serpent - 09/03/2014
Parité - 02/03/2014
Adam - 23/02/2014
L’arbre de vie - 16/02/2014

Le nouveau lexique du bien vivre social

Logo nuovo lessico rid modLes "paroles" du Nouveau Lexique, dans les éditoriaux hebdomadaires de Luigino Bruni dans Avvenire

Communion - 09/02/2014
Institutions - 02/02/2014
Communauté - 26/01/2014
Temps - 19/01/2014
Douceur - 12/01/2014
Économie - 05/01/2014
Innovation - 14/12/2013
Marché - 08/12/2013
Biens communs - 01/12/2013
Coopération - 24/11/2013
Biens d’expérience - 17/11/2013
Point critique - 10/11/2013
Capitaux - 03/11/2013
Pauvreté - 27/10/2013
Biens relationnels - 20/10/2013
Biens - 13/10/2013
Richesse - 06/10/2013
Nouveau lexique - 29/09/2013

Nous suivre

facebook twitter vimeo icon youtube icon flickr

Les témoignages des entrepreneurs

 temoignage

Des entrepreneurs engagés dans l’ÉdeC livrent leurs expériences.

Page dédiée aux expériences
Télécharger les documents pdf
Interventions lors de congrès

Ce site utilise des cookies techniques, y compris ceux de parties tierces, pour permettre une exploration sûre et efficace du site. En fermant ce bandeau, ou en continuant la navigation, vous acceptez nos modalités d’utilisation des cookies. La page d’informations complètes indique les modalités permettant de refuser l’installation d’un cookie.