Deux entreprises, une unique histoire de communion

Livio Bertola et Enrica Bruneri, deux entrepreneurs liés au projet Économie de Communion, sont à la tête des entreprises fondées par leurs parents respectifs. L'engagement d'une gestion de l'entreprise vécue dans le service et le partage.

Paru dans Focolare.org le 21/03/2016

Famiglia Bertola rid«Depuis plus de 40 ans – se présente Livio de la province de Cuneo (Italie) – je dirige l’entreprise familiale, à la tête de laquelle il y a aussi mon épouse, nos quatre fils et, de l’extérieur, ma sœur. Avec les 28 membres du personnel, nous nous occupons de traitements galvaniques de guidons, réservoirs, pots d’échappement de motos, pièces d’automobiles, équipements pour fitness, etc… Un revêtement qui vise à l’esthétique mais aussi et surtout à la résistance à la corrosion. Depuis quelques années, nous essayons de mettre en pratique en tant qu’entreprise, les principes de l’Économie de Communion, un projet qui conjugue la nécessité de générer du profit avec l’aspiration à aider ceux qui sont dans le besoin, en mettant au centre, la personne. Et cela avec les membres du personnel, les associés, les clients, les fournisseurs et aussi avec les concurrents.

Après une longue période de développement à peu près constant, survient une grave crise inattendue qui touche, aujourd’hui encore, beaucoup d’entreprises comme la nôtre. Nous ne voulons évidemment pas nous considérer vaincusBertola Srl rid et nous continuons à faire tout notre possible pour essayer d’acquérir de nouveaux clients. Sans jamais arrêter de croire en cette nouvelle manière de comprendre l’économie.

En 2014, nous recevons, parmi nos clients potentiels, trois représentants d’un important groupe automobile allemand. Après la présentation technique de l’entreprise, aux bons soins des fils et d’autres collaborateurs, nous voyons que les visiteurs sont bien impressionnés et veulent en savoir plus: aussi nous leur parlons de l’Économie de Communion et de son développement dans le monde. Et aussi de la naissance en Europe de AIEC et en Italie de AIPEC  (dont je suis le président) : deux associations d’entrepreneurs qui dans la gestion de l’entreprise, s’inspirent de la  »culture du don ». A la fin, tout en nous proposant une commande intéressante, qui dure encore actuellement, ils déclarent :  »Nous sommes surpris de constater que, malgré le fait que votre réalité productive ait des forces limitées, vous ayez réussi à réaliser un procédé galvanique en soi très compliqué ».

Ce qui fait la différence, ce sont les systèmes d’élaboration que nous avons réussi à mettre au point tout au long de ces années de travail sérieux, mais aussi le récit de quelques expériences parmi lesquelles, l’embauche, à un moment où il n’y avait pas beaucoup de travail, de quelques migrants et de deux jeunes qui, pour différentes raisons traversent de sérieuses difficultés. Sans oublier l’engagement de la part de nous tous à vivre avec eux, des rapports de fraternité aussi en-dehors des heures de travail. Un autre facteur qui, à notre avis, fait la différence, c’est également notre volonté de »privilégier les relations », en mettant un frein salutaire à la course au business à tout prix ».

Enrica Bruneri rid

»Je suis administratrice d’une entreprise de travail mécanique – enchaîne Enrica de Turin (Italie) -. Notre personnel compte aussi 28 membres. Mon père, avec qui j’ai commencé très tôt à collaborer, m’a transmis les valeurs du partage et du sacrifice ; et aussi l’engagement à toujours s’améliorer. En 2000, les commandes se sont réduites au minimum, mais personne n’a été licencié: à Noël, nous manquons de liquidités, mais nous décidons de payer le treizième mois avec nos disponibilités personnelles. En 2003, voilà qu’ un travail important nous arrive de l’étranger. Avec mon père, nous nous sommes lancés avec courage, en impliquant et en responsabilisant tous les membres du personnel. On travaille beaucoup pour obtenir la confiance des banques, des fournisseurs, des clients et l’unité du personnel est déterminante.

 Trois mois plus tard, nous sommes bouleversés par la grande crise et par la maladie de mon père. Grâce à Dieu, je peux compter sur l’aide de beaucoup de personnes et après une année de ‘Caisse d’intégration’, tous les ouvriers rentrent à nouveau dans l’entreprise. Mais je suis fatiguée et oppressée par tout cela.

C’est à ce moment-là que j’apprends à connaître l’existence d’AIPEC, constituée justement en 2012 et de Convegno AIPEC 01 ridces entrepreneurs que je sens proches car ils ajoutent à leur propre façon de travailler, la »culture du don ». Je commence ainsi à participer à leurs rencontres, me confrontant avec eux et avec différentes catégories sociales. Je me sens écoutée, encouragée, conseillée, jusqu’à accepter, récemment, une charge à la direction d’AIPEC. Avec les personnes élues, je découvre toujours plus la beauté et la responsabilité de faire avancer une entreprise: travailler au maximum pour garder une stabilité économique et en même temps, tisser des relations, se mettre à l’écoute, donner une aide concrète. Car le don porte du fruit et c’est un fruit qui demeure ».

Nous suivre:

Qui est en ligne

Nous avons 503 invités et aucun membre en ligne

© 2008 - 2019 Economia di Comunione (EdC) - Movimento dei Focolari
creative commons Questo/a opera è pubblicato sotto una Licenza Creative Commons . Progetto grafico: Marco Riccardi - info@marcoriccardi.it

Please publish modules in offcanvas position.

Ce site utilise des cookies techniques, y compris ceux de parties tierces, pour permettre une exploration sûre et efficace du site. En fermant ce bandeau, ou en continuant la navigation, vous acceptez nos modalités d’utilisation des cookies. La page d’informations complètes indique les modalités permettant de refuser l’installation d’un cookie.