Événements

Économie de communion, 25 années de défis surmontés

De Loppiano le modèle "révolutionnaire" d’entreprise: partager, non pas capitaliser

de Alessandro Zaccuri

publié dans Avvenire le 1/10/2016

160930 1002 Convention Edc 2016 05 ridDans une période où, surtout dans les Pays avancés, émerge l’accroissement des inégalités ainsi que, de fait, l’érosion de ce qu’on considérait comme la classe moyenne, il existe un paradigme alternatif de croissance qui aboutit au “gagnant-gagnant”, enrichit la société et contribue à réduire les inégalités, car basé sur le partage.

Le “Développement heureux” est entrain d’apparaître dans au moins quatre secteurs de notre Pays: dans les réalités de l’économie civile qui irrigue une grande partie du secteur Tertiaire, dans le monde des entreprises capitalistes qui cherchent à aller au-delà de la RSE (Responsabilité Sociale de l’Entreprise), dans des parties avancées du public et, de manière informelle, dans la société civile, avec les citoyens qui s’auto-organisent.

Giacomo Linaro a tout mis par écrit. Pour éviter de perdre le fil, mais aussi pour ne pas trop s’émouvoir. Le fil, il ne le perd pas, mais plus d’une fois sa voix déraille, comme il est normal que cela arrive quand le passé revient : joies et fatigues, succès et échecs. «La solitude est parfois très forte», dit-il avec la belle simplicité d’un 160930 1002 Convention Edc 2016 02 ridentrepreneur qui a toujours pensé aux autres avant lui-même. Parce que le secret de l’Economie de Communion (ÉdeC) est précisément celui-ci : partager plutôt qu’accumuler, donner plutôt que garder pour soi.

C’est une histoire qui compte exactement 25 ans en cette année 2016 marquée par des turbulences financières et la renaissance des égoïsmes nationaux, dans un contexte encore éloigné de cet idéal d’ "humanité nouvelle" lié à la spiritualité du Mouvement des Focolari et au charisme de sa fondatrice, Chiara Lubich. Mais l’économie de communion n’est pas seulement pour aujourd’hui, et elle n’est pas non plus qu’une histoire d’hier. « Ça n’a jamais été une utopie : tout de suite on s’est concentré sur des actions concrètes, qui impactent le futur », souligne Alberto Ferrucci, ex-dirigeant d’entreprise qui a reçu de Chiara Lubich la charge de suivre l’évolution du projet.

Ce n’est pas par hasard que Loppiano-Lab – le laboratoire national où ces jours-ci convergent les nombreuses expériences d’entreprises qui tirent leur origine des Focolari – Favelas San Paolo CN rid– a décidé de mettre au centre le thème de la pauvreté. C’est de là, en fait, que tout a commencé. «D’un regard d’une femme qui se pose sur les contradictions d’une ville», résume l’économiste Luigino Bruni en introduisant le forum dont les intervenants sont les pionniers de l’ÉdeC. Référence est faite au voyage accomplie par Chiara Lubich au Brésil en mai 1991 : de l’avion qui continuait de survoler Sao Paulo en attendant d’atterrir, Chiara regarde avec une douloureuse stupeur le contraste entre les gratte-ciel du centre ville et les baraquements dont la ville est entourée. Elle souffrit cette iniquité (c’est le néologisme pertinent introduit par pape François) jusqu’à s’en trouver malade, mais elle a décidé : il faut faire quelque chose, il faut le faire immédiatement.

L’ÉdeC  nait de cette urgence, en mettant en lumière des principes déjà présents dans les actions 160930 1002 Convention Edc 2016 01 riddes entrepreneurs liés aux Focolari: le partage des bénéfices en faveur des pauvres, l’attention au capital humain, l’investissement dans la formation et la culture. En 1991 le Mur de Berlin vient tout juste de tomber et le capitalisme financier semble maître du jeu, mais dans l’encyclique Centesimus Annus Jean-Paul II recommande de ne pas perdre de vue «la vérité de l’homme». Quelques années auparavant Linaro, avait mis sur pied entre Gênes et La Spezia le consortium de coopératives sociales "Roberto Tassano"; il fut parmi les premiers à adhérer à la méthode de l’ÉdeC. Avec lui il y a , entre autres, Livio Bertola, dirigeant d’une entreprise de chromage dans la région de Cunéo et Franco Caradonna, à la tête d’une entreprise de traitements chimiques des métaux, Unitrat de Bari, dont le nom peut se lire comme "uniti tra tutti" (NdT : c’est-à-dire "unis entre tous"). Réalités pré-existantes au lancement de l’ ÉdeC, déjà intenses (Unitrat fonctionne depuis 1976 et 160930 1002 Convention Edc 2016 06 ridBertola depuis 1946), pour lesquelles le mandement de Chiara Lubich est un défi en même temps qu’une confirmation. «Les biens relationnels sont notre seule richesse»,  souligne Paolo Bertola, un des fils de Livio, aujourd’hui très actif dans l’entreprise. Sa présence au forum de LoppianoLab est le signe qu’un passage de témoin entre générations est entrain de s’accomplir. Même quand une expérience s’achève, comme c’est arrivé pour l’entreprise Bertagna Filati des époux Giovanni et Giuliana, rien n’est perdu : les collaborateurs prennent l’initiative et l’ ÉdeC arrive très loin. Jusqu’à Tokyo, dans une autre place forte de la globalisation indifférente.

L’Italie reste le chef de file, avec 263 entreprises "de communion". 200 autres sont dispersées en Europe, 220 se trouvent en Amérique Latine, et puis 64 en Afrique, 26 en Amérique du Nord, 18 en Asie. Sans oublier les thèses et mémoires universitaires sur le sujet : « Celles dont nous avons connaissance sont 380, mais il se pourrait qu’il y en ait davantage », explique  Antonella Ferrucci, responsable du site www.edc-online.org. Les chiffres ne sont pas tout, d’accord. Mais ici ils disent beaucoup.

Nous suivre:

Qui est en ligne

Nous avons 446 invités et aucun membre en ligne

© 2008 - 2019 Economia di Comunione (EdC) - Movimento dei Focolari
creative commons Questo/a opera è pubblicato sotto una Licenza Creative Commons . Progetto grafico: Marco Riccardi - info@marcoriccardi.it

Please publish modules in offcanvas position.

Ce site utilise des cookies techniques, y compris ceux de parties tierces, pour permettre une exploration sûre et efficace du site. En fermant ce bandeau, ou en continuant la navigation, vous acceptez nos modalités d’utilisation des cookies. La page d’informations complètes indique les modalités permettant de refuser l’installation d’un cookie.